samedi 23 mars 2019
Accueil / A la une / L’affaire du contrat russe jette le doute sur les réservistes de la Gendarmerie à l’Elysée
Gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée (MG/L'ESSOR)
Gardes républicains dans la cour du palais de l'Elysée (MG/L'ESSOR)

L’affaire du contrat russe jette le doute sur les réservistes de la Gendarmerie à l’Elysée

Vincent Crase, au centre (Crédit photo: Sénat).
Vincent Crase, au centre (Crédit photo: Sénat).

L’affaire du contrat russe de Vincent Crase est encore au stade de l’enquête préliminaire. Mais elle a déjà interpellé les sénateurs de la commission des Lois. Dans leur rapport d’enquête sur l’affaire Benalla, publié ce mercredi 20 février, ils appellent la présidence de la République à demander “systématiquement, préalablement à leur affectation, la liste des activités professionnelles” exercées par les réservistes du commandement militaire du Palais de l’Elysée. Une préconisation rappelée à travers leur dixième proposition, l’obligation de l’établissement d’une liste des activités professionnelles exercées par les réservistes du commandement militaire de l’Elysée.

De quoi s’agit-il? Selon Mediapart, qui a dévoilé l’histoire en décembre 2018, Vincent Crase, un proche d’Alexandre Benalla, aurait noué un contrat lucratif de sécurité privée avec un oligarque proche de Vladimir Poutine. Le contrat, sous-traité à Velours, faute d’agrément du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS) aurait été obtenu dans les semaines suivant son départ de la réserve de l’Elysée. Mais Mars, la société de conseil de Vincent Crase, était déjà active à son arrivée à la présidence.

Lire aussi sur L’Essor: Les affaires de Vincent Crase intéressent les sénateurs (vidéo)

Situation potentielle de conflit d’intérêt

“Il apparaît regrettable que la présidence de la République, en particulier le chef du commandement militaire du Palais, ne se soit à aucun moment assuré que les réservistes recrutés au sein du commandement militaire pour assurer des missions de sécurité ne se trouvaient pas dans une situation potentielle de conflit d’intérêt”, jugent les deux rapporteurs de la commission des Lois. Leur constat est simple: l’exécution de prestations de sécurité privée pour le compte d’un oligarque russe est “incompatible avec les exigences de sécurité du chef de l’Etat”.

Le général de gendarmerie Eric Bio-Farina (capture d'écran Assemblée nationale).
Le général de gendarmerie Eric Bio-Farina (capture d’écran Assemblée nationale).

Dans la synthèse présentée à la presse, les sénateurs sont encore plus explicites: cette dépendance financière “ne pouvait manquer d’affecter la sécurité nationale“. Sans le nommer, les deux sénateurs rapporteurs Muriel Jourda (LR, Morbihan) et Jean-Pierre Sueur (Socialistes et républicains, Loiret), égratignent au passage le général de brigade de Gendarmerie Eric Bio-Farina, le commandant militaire de l’Élysée. Auditionné le 25 juillet par l’Assemblée nationale, il avait indiqué que Vincent Crase avait été “soumis à plusieurs entretiens et à un nouveau criblage qui n’[avait] rien révélé”.

Lire aussi sur L’Essor: Le général Bio-Farina, commandant militaire de l’Elysée, a exclu Vincent Crase de la réserve de l’Elysée

Auditionné le 21 janvier par les sénateurs, l’ancien enseignant admettra ne pas avoir mentionné cette affaire lors de son intégration dans la réserve présidentielle, en novembre 2017. L’ancien chef d’escadron dans la réserve, chargé d’encadrer les autres réservistes de l’Elysée, expliquait avoir en ligne de mire l’obtention d’un ”commissionnement“, c’est à dire un poste d‘officier commissionné. En clair, un contrat en bonne et due forme qui aurait alors, selon lui, signé la fin de ses affaires privées.

Gabriel Thierry

A voir également

Cours généraux, marche au pas, habillement, connaissance des grades,...L'Ecole de Gendarmerie vise à parfaire toutes ces connaissances théoriques et pratiques. Crédit : M.Guyot/Essor.

Concours de sous-officier de Gendarmerie d’octobre 2019 : les dates et les modalités

Les dates et les modalités pour le concours de sous-officier, session d’octobre 2019, ont été …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *