L'Essor

Des problèmes de budget entraînent des pauses dans l’emploi des réservistes opérationnels

Les 73 réservistes de la première compagnie de réserve territoriale ont préparé leur départ au fort de Rosny.

Les réservistes de la première compagnie de réserve territoriale avant leur départ pour les îles touchées par l'ouragan Irma (Crédit photo: GT/ L'Essor).

INFO L’ESSOR – Les réservistes opérationnels de plusieurs régions ne seront pas employés ou très peu avant et après les vacances d’été. En effet, selon nos informations, plusieurs régions de gendarmerie, dont l’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Île-de-France, viennent d’envoyer une directive pour suspendre temporairement leurs missions. “Au regard d’un budget dédié à la réserve plus contraint qu’en 2017 et d’un fort engagement des crédits à ce jour, les directives ci-dessous sont à appliquer afin de retrouver un rythme de consommation des crédits permettant de garantir un emploi des engagements de servir dans la réserve jusqu’au 31 décembre”, explique ainsi le commandement de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans un message daté du 2 mai 2018 dont L’Essor a eu copie.

Le capitaine de réserve Renaud Ramillon-Deffarges, président d’Anorgend (Crédit photo: MG/L’Essor).

Concrètement, L’Essor a eu écho de deux périodes de suspension envisagées  avant et après les grandes vacances : du 14 mai au 24 juin et du 10 septembre au 21 octobre. Cette pause des missions ne concerne toutefois pas tous les réservistes, selon l’Association nationale des réservistes de la gendarmerie (Anorgend). “La situation est assez disparate, cela dépend de l’état d’avancement des crédits de la réserve dans chaque région de gendarmerie et dans les groupements”, précise à L’Essor le capitaine de réserve Renaud Ramillon-Deffarges, président de l’Anorgend.

Pas de directive nationale

“Il n’y a pas eu de directive nationale à ce sujet”, précise la direction générale à L’Essor. “Ce qui est demandé aux régions, c’est d’avoir une gestion rigoureuse de leur enveloppe budgétaire de leur réserve”, poursuit cette dernière. Ces pauses dans l’emploi des réservistes doivent permettre aux commandements concernés de se préserver des marges pour les opérations estivales dans les zones d’affluence saisonnière ou pour la fin de l’année, une période de forte activité en matière de lutte contre les cambriolages ou les vols.

En Auvergne-Rhône-Alpes, si les missions opérationnelles sont suspendues, les actions de formation, les visites médicales, les missions de soutien ou encore les missions SNCF sont elles maintenues. “Ce n’est pas un gel de la réserve, car en cas d’opération d’envergure ou urgente le commandement pourra toujours faire appel à des réservistes”, précise la direction générale.

Un second coup dur

Après l’annonce d’une pause dans le recrutement des réservistes à l’automne dernier, consolidé à 30.000 personnes contre un objectif initialement fixé à 40.000, cette suspension temporaire fait pourtant figure de second coup de frein pour la réserve. Le commandement saluait pourtant la “plus value indéniable de la réserve opérationnelle”, qui permet, à moindre de coût, de décupler l’action de la Gendarmerie, au point de devenir ici ou là indispensable à l’activité des brigades. Mais alors que ce dispositif réunissait en 2017 2.700 réservistes en moyenne par jour, ils ne sont plus que 1.800 cette année. La conséquence logique d’une sévère baisse des crédits d’un tiers, selon l’Anorgend.

Lire aussi sur L’Essor : La Gendarmerie marque une pause dans la hausse des effectifs de la réserve opérationnelle

“Nous déplorons bien sûr la baisse de ces crédits, indique Renaud Ramillon-Deffarges. Mais nous estimons également que la direction générale fait ce qu’elle peut dans le cadre budgétaire actuel. C’est au politique de donner l’ensemble des moyens à nos chefs opérationnels.”

Des réservistes de la gendarmerie des Alpes Maritimes à l’entraînement en août 2016. (Photo D.C L’Essor) 

Une baisse des crédits forcément minimisée par une direction générale qui n’a pas le dernier mot sur son budget. Elle fait ainsi remarquer que, d’une part, le délai de paiement de la solde des réservistes a été réduit à deux mois. Et que d’autre part, le budget de la réserve 2018, bien qu’en diminution par rapport à 2017, s’établit au niveau de l’année 2016. “En 2017, il y a eu des événements aux conséquences importantes, comme l’ouragan Irma, qui ont eu un impact sur l’activité de la réserve”, explique-t-on à L’Essor.

A court terme, cette pause des missions opérationnelles risque cependant d’affecter le moral des réservistes. “J’ai des échos de la déception de réservistes, qui bien que formés ne sont pas sollicités”, regrette auprès de L’Essor Jean-Pierre Sobol, le président de l’association nationale des réservistes et des sympathisants de la Gendarmerie (Resgend).

A plus long terme, cette situation interroge sur les ambitions du gouvernement. La réserve opérationnelle de la Gendarmerie est en effet l’un des deux principaux piliers de la Garde nationale, lancée par l’ancien président François Hollande en octobre 2016. Elle devait initialement rassembler près de 85.000 réservistes pour soutenir les forces de sécurité intérieure et les armées.

Gabriel Thierry.

Exit mobile version