lundi 16 juillet 2018
Accueil / A la une / Perceval, la nouvelle arme des gendarmes contre les infractions bancaires
La gendarme Karine Beguin, chef du département Atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données du C3N, devant une démonstration de Perceval (Crédit photo: GT/L'Essor).
La gendarme Karine Beguin, chef du département Atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données du C3N, devant une démonstration de Perceval (Crédit photo: GT/L'Essor).

Perceval, la nouvelle arme des gendarmes contre les infractions bancaires

Dans la légende arthurienne, c’est l’un des chevaliers de la Table ronde. Chez les gendarmes, Perceval sera bientôt synonyme de plateforme de signalement en ligne. Le nouvel outil, qui doit être mis en service en février, vient d’être dévoilé à la dixième édition du Forum international de la cybersécurité, à Lille, mercredi 24 janvier. Perceval, ou Plateforme électronique de recueil des coordonnées bancaires et de leurs conditions d’emploi rapportées par les victimes d’achat frauduleux en ligne, est très attendu par les cybergendarmes.

Le service central du renseignement criminel, à l’origine de cet outil avec le STSI(2), espère en effet obtenir une meilleure centralisation du renseignement sur les escroqueries sérielles portant sur l’usage frauduleux des cartes bancaires (1,9 million de transactions frauduleuses par an). Des affaires pas toujours signalées à la Police ou à la Gendarmerie car portant sur de faibles montants. Mais, qui, misent bout à bout, peuvent représenter des sommes impressionnantes. L’analyse de ces informations doit permettre, en les recoupant à grande échelle, d’augmenter le taux d’élucidation de ces dossiers.

Un récépissé

Désormais, les victimes, authentifiées via le système d’identification France Connect, pourront faire un signalement en ligne d’un usage frauduleux de leur carte. A l’issue d’un questionnaire d’une dizaine de minutes sur le paiement frauduleux et ses circonstances, l’internaute reçoit un récépissé. Un document sans valeur juridique au contraire d’un dépôt de plainte, mais qui leur permettra de se faire rembourser auprès de leur établissement bancaire.

“Ces signalements sont actuellement traités manuellement, demain ils pourront être traités de façon automatique, explique Nicolas Duvinage, le chef du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N). Les banques vont elles pouvoir automatiser le traitement des demandes des usagers, tandis que l’authentification officielle devrait limiter les déclarations frauduleuses.”

Lancé il y a environ quatre ans, ce projet a mobilisé en interne une dizaine de gendarmes pour identifier les partenaires et développer la plateforme. Pour le moment, la première version de Perceval permet aux gendarmes d’interroger, par recherches simples ou avancées, la base de données. Demain, les spécialistes du SCRC espèrent pouvoir développer des fonctions d’alertes automatiques, pour par exemple avertir les enquêteurs d’un pic de paiement frauduleux dans une région.

La Police travaille elle aussi sur un projet de plateforme en ligne. Appelée Thésée (Traitement harmonisé des enquêtes et signalements des e-escroqueries), elle doit permettre, d’ici la fin de l’année, de porter plainte en ligne à distance pour des infractions telles que le rançongiciel, le piratage de messagerie, ou les escroqueries à la romance. “Nous travaillons à la complémentarité de Perceval avec Thésée“, précise Nicolas Duvinage, avec une orientation des victimes en ligne sur la plateforme adéquate.

Gabriel Thierry

A voir également

Une femme séropositive ayant griffé un gendarme condamnée

Une femme se disant séropositive ayant griffé un gendarme a été condamné à quatre mois …

4 Commentaires

  1. Marc Bosser

    Ce mois de janvier j’ai été victime d’un piratage et d’une utilisation frauduleuse de ma carte bancaire via internet (préjudice: entre 1500 et 2000 euros). Je viens juste de faire opposition à ma CB et j’ai vu avec ma banque pour être mieux sécurisé dans mes achats en ligne; dès que Perceval sera en place je signalerai cette fraude à la gendarmerie.

  2. Cougny

    Il vient de m’arriver la mėme chose. J’ai eu trois débits de petites sommes de l’ordre de 20€. J’ai signalé à la banque qui a annulé et remplacé ma carte bancaire et remboursé ces sommes.

    Le fautif avait pris le nom de SARL LAURIE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *