lundi 23 juillet 2018
Accueil / Communiqués / Villa Macron du Touquet : “Pas dociles mais républicains” répond le président de l’UNPRG à UNSA Police
Le syndicat UNSA Police qualifie les gendarmes mobiles de plus dociles (Capture d’écran L’ESSOR)

Villa Macron du Touquet : “Pas dociles mais républicains” répond le président de l’UNPRG à UNSA Police

Henri Martinez
Henri Martinez, président national de l’UNPRG ( Photo L’Essor)

Le possible remplacement des CRS gardant la résidence secondaire du président Emmanuel Macron au Touquet par des gendarmes fait l’objet d’un début de polémique à la suite d’un tract du syndicat UNSA Police qualifiant les gendarmes mobiles de “plus dociles ». 

Henri Martinez, président de l’UNPRG (Union Nationale des Personnels et Retraités de la Gendarmerie)  a vivement réagi par le communiqué suivant.

La presse se fait largement l’écho du remplacement de fonctionnaires des compagnies républicaines de sécurité par des militaires de la Gendarmerie mobile pour assurer la protection de la résidence du président de la République au Touquet. L’autorité préfectorale parle d’une rotation normale, d’autres évoquent une rétorsion suite aux récriminations persistantes des fonctionnaires relayées par leurs syndicats. Le syndicat UNSA police ne se privant pas au passage d’envoyer comme à son habitude une pique à l’adresse des gendarmes en les qualifiant de militaires dociles et non syndiqués.

Une fois de plus je crois que la notion de mission est galvaudée. Autant par ceux qui la définissent que par ceux qui l’assurent. Là est toute la différence entre l’esprit des militaires et celui des fonctionnaires de police et particulièrement des CRS.

Dans la définition de cette mission particulière de garde statique, il est évident qu’il faut établir précisément les modalités de sécurité conciliant capacité d’intervention et la présence dans un cadre touristique, l’armement lourd est peut-être à proscrire.

Pour autant, personne n’est choqué de voir nos soldats de l’opération Sentinelle déambuler avec leur fusil d’assaut, dans des lieux hautement touristiques. De même, les conditions de travail et d’hygiène doivent être prises en compte afin que le personnel ne soit pas amené à adopter des comportements incompatibles.

Dans le cas présent on peut se demander si des considérations politiques ne rentrent pas en ligne de compte, dans la suite de celles qui ont poussé des fonctionnaires à tomber massivement malades pour ne pas assurer un service d’ordre à Marseille à l’occasion de la venue du président de la République.

On peut polémiquer à loisir sur la soi-disant “docilité” de la Gendarmerie parce qu’elle est militaire. Elle n’est pas docile, elle est républicaine, loyale et surtout militaire. Son honneur est alors d’exécuter au mieux les tâches qui lui sont confiées, et sans doute avec encore plus d’application lorsqu’elles concernent le président de la République.

Par le passé, une ministre de l’Intérieur confrontée à ces mêmes chamailleries avait déclaré sous forme de boutade qu’il faudrait militariser la Police nationale pour régler les problèmes. On se demande vraiment si elle n’avait pas raison. En attendant nos militaires ne sont plus lassés mais consternés par la faiblesse du ministère de l’Intérieur et de la DGPN face au comportement des CRS qui finalement obtiennent gain de cause et ne sont pas sanctionnés.

Henri Martinez, président national

“Plus dociles” que les CRS, les gendarmes sécuriseront la villa des Macron au Touquet

A voir également

Essor gendarmerie Anduze

Info L’Essor : un gendarme grièvement blessé de deux coups de couteau en Côte d’Or

Ses jours ne sont pas en danger, mais un drame a été évité de peu. …

4 Commentaires

  1. Francois

    Bonjour, ce n’est pas lui qui sera dehors dans sa guérite en tout cas…
    Au même niveau que les syndicalistes UNSA pour vomir sur la maison d’à côté.
    En attendant l’augmentation de l’I.J.A.T. obtenue grâce au mouvement de ces vilains CRS et qui profite automatiquement aux mobiles, il ne propose pas de la rendre…

  2. Ce n’est pas nouveau,en 68 ils ont refusé de descendre dans la rue sous prétexte que cela devenait du rétablissement de l’ordre et non du maintien de l’ordre.b

  3. callu

    il n’a pas trop fréquenté les guerittes ce monsieur a voir sa tête ça devait être encore un planqué dans les burreau pauvre France!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *