jeudi 1 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Zones Police et Gendarmerie : cambriolages en baisse pour la première fois depuis 2010
Illustration (L'Essor).

Zones Police et Gendarmerie : cambriolages en baisse pour la première fois depuis 2010

Les cambriolages de résidences principales sont en légère baisse en zone Police en France, une première depuis 2010, et continuent de diminuer en zone gendarmerie, selon le dernier bilan officiel portant de juin 2013 à mai 2014.

Ces cambriolages d’habitations principales, qui représentent plus de 64% des faits constatés en zone police, baissent de 0,3% “pour la première fois depuis fin 2010”, selon le traditionnel bilan de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). En zone gendarmerie, ils poursuivent leur baisse (-6%).

En revanche, les cambriolages de résidences secondaires ne connaissent pas la même tendance. Ils sont toujours en augmentation de 19,5% en zone Police et de 4,9% en zone Gendarmerie. Toujours selon ce bilan, les vols à la tire restent orientés à la hausse, +12,9% en zone Police et +9,7% en zone Gendarmerie.

Les vols à main armée en baisse

Les vols avec violence baissent de 2,2% en zone Police mais augmentent de 9,5% en zone Gendarmerie. En revanche, l’ONDRP constate une forte hausse des tentatives d’homicide pour “voler ou à l’occasion de vols”, de près de 51,2% en zone Police. Inversement de tendance à noter selon l’ONDRP, les vols violents sans arme contre des femmes sur la voie publique ou un autre lieu public ont diminué de 2,4% alors qu’ils étaient en hausse de 8% en zone Police en mai 2013 sur un an.

Enfin, les vols à main armée poursuivent leur baisse, -11% en zone Police et -15% en zone Gendarmerie.

L’ONDRP sépare, comme les mois précédents et depuis 2012, les chiffres de la Police de ceux de la Gendarmerie qui lui sont communiqués. Ils révèlent de fortes distorsions au cours de la période habituelle de comparaison de la délinquance -les 12 derniers mois- en raison de la mise en place progressive de nouveaux logiciels d’enregistrement des faits de délinquance qui ont provoqué des “anomalies” et des “ruptures statistiques”.

Manuel Valls, quand il était ministre de l’Intérieur, a été à plusieurs reprises attaqué sur son bilan par la droite à l’occasion de la publication de ces chiffres officiels. Le gouvernement a promis de “moderniser l’outil statistique” en 2014.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *