lundi 22 avril 2019
Accueil / L'actualité Mayotte / Violences à Mayotte: des renforts de gendarmes envoyés de la Réunion
Au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier en Dordogne. Photo d'illustration M.G/L'Essor).
Au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier en Dordogne. Photo d'illustration M.G/L'Essor).

Violences à Mayotte: des renforts de gendarmes envoyés de la Réunion

Des renforts de gendarmes mobiles basés à la Réunion ont été envoyés mardi matin à Mayotte en proie à des violences entre bandes rivales ayant fait un blessé grave, a-t-on appris auprès de la préfecture de la Réunion.

“Un peloton de gendarmes mobiles, soit 16 hommes, a été envoyé à partir de la Réunion à Mayotte mardi matin”, a déclaré René Bouvet, responsable de la communication de la préfecture de Saint-Denis. Mayotte est située à 1.450 km au nord de la Réunion, de l’autre côté de Madagascar. Le peloton de gendarmes mobiles devait être opérationnel en fin de matinée à Mayotte, selon la préfecture. Il viendra renforcer les 4 pelotons déjà sur le terrain.

“Il s’agit d’une décision conjointe du gouvernement et des préfets de la Réunion et de Mayotte”, a-t-il précisé. Lundi soir, le ministère des Outre-mer qui parlait encore au conditionnel de ces renforts, les envisageait pour occuper le terrain et “assurer les patrouilles de nuit”. “Cela sera aussi un geste positif vis-à-vis de la population, très inquiète, pour montrer que l’ordre républicain est assuré”, avait-on expliqué.

“L’île aux parfums” est en proie à des violences opposant depuis samedi des bandes rivales de communes voisines ayant fait un blessé grave, évacué à la Réunion pour être opéré. Une vingtaine de bangas (habitats précaires) ont été incendiés dans les deux villages rivaux de Kawéni et Majicavo.

A voir également

Coup d’arrêt au trafic d’anabolisants: une figure du milieu culturiste en prison

Les gendarmes ont mis un terme à un trafic d’anabolisants. Le patron d'un laboratoire, figure du milieu culturiste, Eric Favre, est en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !