dimanche 25 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Violences de St-Aignan: prolongation de détention provisoire pour le conducteur
La chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Orléans a prolongé mercredi de six mois, contre l'avis des juges, la détention provisoire de Miguel Duquenet, conducteur de la voiture à bord de laquelle un jeune gitan avait été tué par balle par un gendarme en 2010 à Thésée (Loir-et-Cher).

Violences de St-Aignan: prolongation de détention provisoire pour le conducteur

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Orléans a prolongé mercredi de six mois, contre l’avis des juges, la détention provisoire de Miguel Duquenet, conducteur de la voiture à bord de laquelle un jeune gitan avait été tué par balle par un gendarme en 2010 à Thésée (Loir-et-Cher).

Les deux juges d’instruction avaient rendu la semaine dernière une ordonnance de non-prolongation de la détention provisoire de M. Duquenet ,devant s’achever le 22 juillet, et de placement de ce dernier sous un contrôle judiciaire très strict. Mais le parquet de Blois, qui avait déjà fait appel de la troisième demande de remise en liberté déposée en juin par les avocats de M. Duquenet, avait aussitôt fait appel de cette ordonnance.

L’avocat général a demandé mercredi matin la prolongation de la détention provisoire pour six mois supplémentaires afin, a-t-il expliqué, d’achever l’instruction et de déterminer la “qualification définitive” retenue. “Est-ce qu’il s’agira d’une affaire correctionnelle ou criminelle? Pour le moment, on n’en sait rien”, a fait valoir le magistrat.

Les juges sont dans l’attente des conclusions de trois expertises: médecine légale, balistique et mécanique. M. Duquenet est pour l’heure mis en examen pour tentative d’homicide volontaire sur militaires de la gendarmerie nationale.

Agé de 39 ans, M. Duquenet s’était rendu à la justice à Blois quelques jours après la mort de son cousin Luigi, tué par balle par un gendarme lors d’un barrage routier à Thésée le 16 juillet 2010 à la nuit tombante.

M. Duquenet, qui conduisait le vieux véhicule à bord duquel Luigi était passager, a toujours démenti la matérialité de ce barrage. Le gendarme auteur du tir mortel, mis en examen pour “coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner”, a été laissé en liberté. Il invoque la légitime défense.

Ce drame avait entraîné de violentes réactions de la communauté des gens du voyage. Plusieurs dizaines de ses membres s’en étaient pris à la gendarmerie de Saint-Aignan et avaient provoqué diverses dégradations dans la vallée du Cher.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.