vendredi 2 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Vigipirate : les effectifs en flux tendu chez les gendarmes et les policiers

Vigipirate : les effectifs en flux tendu chez les gendarmes et les policiers

Le gouvernement envisage de préserver plusieurs milliers de postes de militaires qui devaient disparaître, en plus des 7.500 suppressions de postes déjà annulées par François Hollande, afin de faire face aux besoins du plan Vigipirate, a indiqué mercredi une source gouvernementale.

“Les réductions d’effectifs militaires (7.500 postes par an pendant trois ans) qui étaient prévues ne vont pas être effectuées, ni pour 2015, ni pour 2016”, a affirmé cette source. “Le calcul n’est pas fait”, mais le nombre total de postes finalement maintenu pourrait se rapprocher de “14.000 ou 15.000”, a poursuivi cette personne en demandant de ne pas être citée dans ses fonctions officielles.

La décision pourrait être prise au mois de juin, “en même temps que le travail sur la loi de programmation militaire”, selon ce responsable. Interrogé, le ministère de la Défense n’a pas confirmé ces projections.”On n’en est pas là”, a-t-on indiqué dans l’entourage de Jean-Yves Le Drian, laissant entendre qu’aucun arbitrage n’avait été rendu.

10.500 militaires sur le territoire 

En première ligne pour la défense du territoire national depuis les attentats de Paris, l’armée avait déjà appris qu’elle devrait se serrer la ceinture un peu moins que prévu, en termes d’effectifs. François Hollande a annoncé le 21 janvier que 7.500 emplois de moins que prévu seraient supprimés sur la période 2015-2019, donnant un peu de répit aux armées engagées dans une série de restructurations massives.

La décision de freiner encore davantage les coupes dans les effectifs est notamment liée à la prolongation des niveaux d’alerte du plan Vigipirate, qui mobilise 10.500 militaires sur le territoire national, en parallèle des nombreuses “opex” (opérations extérieures) de l’armée française.

Problème de récupération 

“Déployer 7.000 hommes (supplémentaires) ça veut dire qu’en réalité vous avez besoin de 20.000”, a souligné la même source gouvernementale. Le flux tendu des effectifs pour Vigipirate concerne également les policiers et les gendarmes. “Ils ont un problème de récupération, ils vivent beaucoup sur gendarmerie mobile ou CRS. Il n’y a pas de manifestations, de grands événements, donc ils peuvent le faire, mais si tout d’un coup vous avez un G20, un Mondial…”, a-t-on souligné.

Ces postes préservés, s’ils se confirmaient, risquent toutefois d’accroître sérieusement le casse-tête budgétaire de la Défense.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *