mardi 29 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Var : les deux femmes gendarmes tuées en 2012 l’ont été en position de défense
Hyères : hommage de la Nation aux deux gendarmes tuées à Collobrières (Photo Matthieu GUYOT/Essor)

Var : les deux femmes gendarmes tuées en 2012 l’ont été en position de défense

Les deux femmes gendarmes tuées en 2012, lors d’une intervention à Collobrières (Var), étaient en position de défense, désarmées, quand on leur a tiré dessus, a témoigné un expert devant les assises du Var mercredi. La description des deux scènes de crime par le docteur Pierre Massiani, médecin légiste, et plus encore la diffusion d’images reconstituées montrant la trajectoire des balles et la position des victimes au moment des faits, a bouleversé les parties civiles.

Tour à tour, la mère d’Audrey Bertaut, puis celle d’Alicia Champlon, ont quitté la salle en pleurs. “Ordure, fumier”, lance dans un souffle Françoise Champlon à l’adresse de l’accusé, Abdallah Boumezaar, 32 ans. Le jeune homme encourt la perpétuité réelle –une peine rarement prononcée– pour le meurtre d’Audrey Bertaut, 35 ans, et l’assassinat d’Alicia Champlon, 28 ans, le 17 juin 2012 à Collobrières, des faits qu’il reconnaît. Sa compagne à l’époque, Inès Farhat, 22 ans, encourt la réclsuion criminelle à perpétuité pour complicité dans le cas du premier homicide, ce qu’elle nie.

Les deux gendarmes étaient intervenues dans le petit village situé à une quarantaine de kilomètres de Toulon après un cambriolage et une tentative de cambriolage commis par M. Boumezaar. Au cours d’une rixe qui avait éclaté après l’arrivée des gendarmes dans le logement que le jeune homme loue depuis quelques jours dans le village, il avait volé l’arme d’Audrey Bertaut avant de la tuer d’une balle dans le crâne à courte distance, selon le Dr Massiani, alors qu’elle tentait de se protéger derrière son bras.

Dans la rue, il tire ensuite à plusieurs reprises sur Alicia Champlon –qui a pris la fuite mais ne peut répliquer car elle a perdu le chargeur de son arme au cours de la mêlée dans l’appartement–, la touchant notamment au bras et à la fesse, avant de lui tirer à deux reprises dans la tête à bout portant, toujours selon la déposition de l’expert.

Depuis le début du procès mardi, une vingtaine de membres de la famille et de proches des deux victimes assistent aux débats, qui doivent durer jusqu’au 20 févrrier. Mercredi, la mère d’Alicia Champlon a également quitté la salle en pleurs après la diffusion de l’enregistrement de l’appel du centre opérationnel de gendarmerie envoyant une brigade à Collobrières le soir des faits après la signalement d’une tentative de cambriolage.

Au bout du fil, c’était sa fille qui répondait. Sa voix résonne encore dans la salle d’audience.

Crowdfunding campaign banner

3 Commentaires

  1. MOLINIER

    Il est vraiment regrettable que la presse nationale et audiovisuelle ne fasse de compte rendu journalier du procès qui semble t’il ne les intéresse pas.

  2. bouillarguais

    ce fut une véritable exécution en règle.

  3. Tout à fait d accord avec mouliner. Cette affaire devrait être relatée au niveau national et diffusée à la télévision pour éviter toute polémique. A bon entendeur. ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *