vendredi 7 mai 2021
Accueil / A la Une / Une filière cocaïne contre cassoulet cannabis coupée par les gendarmes
En échange de cocaïne, les trafiquants expédiaient du cannabis camouflé dans des boites de conserve de cassoulet. (Photos: Gendarmerie / Illustration et montage: L'Essor)
En échange de cocaïne, les trafiquants expédiaient du cannabis camouflé dans des boites de conserve de cassoulet. (Photos: Gendarmerie / Illustration et montage: L'Essor)

Une filière cocaïne contre cassoulet cannabis coupée par les gendarmes


La cocaïne arrivait de Martinique par colis postal en région nantaise. Les trafiquants payaient la poudre blanche avec une autre drogue, du cannabis envoyé outre-mer dans des fausses boites de cassoulet. Les gendarmes de la section de recherches (SR) de Bourges ont mis fin à ce trafic de stupéfiants original.

Tout commence il y a plus d’un an, le 26 février 2020. La SR de Bourges se voit saisie suite à une belle prise des Douanes: un colis de fret aérien de 10kg de cocaïne. Les investigations de gendarmerie scientifique et techniques permettent alors aux enquêteurs d’identifier un réseau actif. Celui-ci, depuis la Martinique et vers les Pays de Loire, via Bourges, alimente l’agglomération nantaise.

Une enquête de huit mois pour la cellule

Le 1er septembre 2020, une cellule nationale d’enquête “BACJ-COCAINE-18-972” regroupe les SR de Bourges et de Fort-de-France. Une enquête minutieuse permet d’identifier les auteurs du trafic. Depuis trois ans, ceux-ci réalisent de nombreux échanges entre l’outre-mer et la métropole. La cocaïne arrive de Martinique par colis postaux à Bourges au domicile de prête-noms. Les responsables du trafic payent alors la cocaïne avec du cannabis et de l’argent. Si la cocaïne reste abondante sur le marché antillais, le cannabis se trouve difficilement en Martinique. D’où l’idée des organisateurs du trafic de payer la poudre blanche avec du cannabis. Des petites mains dissimulent le cannabis dans des boites de conserve entourées d’une étiquette indiquant qu’il s’agit de cassoulet.

Lire aussi: De Cayenne à Limoges, une filière de drogue guyanaise démantelée par les gendarmes

Sertisseuse de boites de conserve pour dissimuler le cannabis

Le 6 avril 2021, les enquêteurs interpellent huit personnes qu’ils placent en garde à vue. Les perquisitions permettent se saisir 23,8 kilos de résine de cannabis, un pain de cocaïne de 313 grammes, quatre véhicules, plus de 7.500 euros en numéraire. Les gendarmes mettent également la main sur une sertisseuse électrique avec un stock d’une centaine de boîtes de conserves neuves et une compteuse à billets. Ils découvrent également cinq fusils et huit pistolets ou revolvers et des milliers de munitions. Sans oublier une chambre de culture de cannabis.

Quelques jours plus tard, le 9 avril 2021, sept personnes sont présentées devant un juge d’instruction de Châteauroux. Mises en en examen, cinq sont écrouées et deux placées sous contrôle judiciaire.

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.