dimanche 25 août 2019
Accueil / A la une / Un rapport du Sénat confirme nos informations sur l’usage respectif Gendarmerie/Police du LBD-40
Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Crédit photo: MG/L'Essor).
Un lanceur de balles de défense de 40 mm (Photo/MG/L'Essor).

Un rapport du Sénat confirme nos informations sur l’usage respectif Gendarmerie/Police du LBD-40

Au cours de ces cinq dernières années (2014-2018), la Gendarmerie mobile a tiré seulement 2,14 % (1.0714) balles de défense, la Police nationale (toutes unités confondues) tirant le reste (49.947) .
Ces chiffres, qui proviennent du ministère de l’Intérieur, sont contenus dans le rapport – à lire ci-dessous- de la sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio (Les Républicains – Val-d’Oise) fait au nom de la commission des lois du Sénat dans le cadre de la proposition de loi visant à interdire l’usage des lanceurs de balles de défense de 40 mm (LBD-40) dans le cadre du maintien de l’ordre.

Lire aussi sur L’EssorGilets jaunes : les gendarmes ont tiré seulement 35 balles de défense depuis le 1er février

Le 8 mars, le Sénat, lors d’une séance publique et en première lecture, le Sénat a refusé d’interdire l’usage du LBD-40. Le 1er février, le Conseil d’Etat avait rejeté les demandes de suspension de l’utilisation de cette arme. Très controversé, le LBD-40 est accusé d’avoir provoqué plusieurs dizaines de blessures graves, comme des éborgnements, lors des différentes manifestations des Gilets jaunes depuis le 17 novembre 2018.

Lire aussi sur L’Essor : En séance publique, le Sénat refuse d’interdire le LBD (actualisé)

La sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio relève par ailleurs un usage “plus massif” du LBD -40 au cours des dernières semaines, lié “aux violences et aux exactions” en marge des manifestations de Gilets jaune.

A cet égard, elle cite les données de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui font état, pour la période allant du 17 novembre 2018 au 5 février 2019, de 13.460 tirs recensés dans la Police . De son côté, l’inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN) évalue à “un millier’ les tirs de LBD des gendarmes pour la même période. Soit un ratio respectif de 93 % pour la Police et de 7 % pour la Gendarmerie.

Ecart important du nombre de tirs

La sénatrice explique cet “écart important du nombre de tirs entre les deux forces” par la mobilisation plus importante des CRS en milieu urbain où se sont déroulées la majorité les manifestations.
Elle note par ailleurs que, sur les 13.460 tirs de LBD -40 effectués par les policiers, environ 15 % seulement serait le fait des CRS. Le reste, selon elle, revenant aux unités civiles (compagnies de d’intervention ou de sécurisation et détachements d’action rapide, ndlr). Des formations de circonstance moins bien entrainées au maintien de l’ordre et moins bien encadrées que les escadrons de gendarmerie mobiles (EGM) ou les compagnies républicaines de sécurité (CRS).

Lire aussi sur L’EssorGilets jaunes: seuls 10 % des tirs de LBD 40 ont été effectués par des gendarmes

Ces chiffres confirment les informations de L’Essor, données le 1er février et le 8 mars, sur l’utilisation respective du LDB par la Gendarmerie et la Police.

P-M.G

Télécharger (PDF)

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Les gendarmes menacés avant un G7 sous haute surveillance

Cinq personnes ont été interpellées après avoir appelé, sur les réseaux sociaux, à brûler un hôtel hébergeant des gendarmes mobilisés pour le sommet.

4 Commentaires

  1. CAROL Philippe

    Bonjour,
    Hé oui, les gendarmes mobiles attendent vraiment d’être pris à partie par vraiment trop de “casseurs de flics ou gendarmes ” pour ce servir du LBD. Il utilise l’ordre comme quoi la défense doit être proportionné à l’attaque, action que n’utilise que les militaires apparemment . La police, elle, pratique le tir au LBD sur “tout ce qui bouge” , je pense que cela doit être par manque d’entraînement au stand de tir. A savoir qu’ils n’ont qu’un TRÈS TRÈS PETITS nombres d’heures d’entraînement sur cet arme, et cela en 1 seule fois : 1 à 2 heures de formation avec un maximum de 3 à 4 tirs de LBD sur cible non mouvante à 10 mètres. Et cela même pas par an, mais 1 seule fois par policiers. Hé oui les munitions de ce genre coûte cher pour eux et les heures qu’ils passent à l’entraînement, ils ne les passent pas sur le terrain. Voilà le pourquoi des “bavures ” . Les gendarmes étant des militaires, on une expérience de tout ce qui concerne armes létales ou armes de défense non létale, car la plupart ayant étaient en OPEX savent de quoi il en retourne.
    Je ne parlerais pas ici des ordres reçu par ces messieurs de la polices vis à vis des manifestants ET autres, car cela devient trop politique donc hors sujet de ma réponse. J’ai préféré abordé ici, juste je sujet du “savoir ” sur les armes et leur impact.
    Respectueusement, paramicalement à vous, Philippe C.

  2. Ne faut t il pas réfléchir sur le fait que certains députés sont trop payés pour légiférer sur ce genre de situation…mme la députée je vous engagé déjà à réfléchir sur l interdiction de l usage des projectiles en direction des forces de police et nous aurons le sentiment que vous défendez les valeurs de la République. Venez faire face aux tribus de sauvage de l ultra gauche et vous aurez une autre sensation.

  3. C’est encore un article qu on qualifie de pu..clic.
    En effet, cette différence s’explique essentiellement du fait que les policiers sont beaucoup plus confrontés aux violences urbaines.
    Faire un lien avec les gilets jaunes est stupide.
    L utilisation du lbd est du au fait que ce sont les effectifs locaux et non plus les crs qui se chargent du maintien de l ordre lors manifestations du samedi.
    Les effectifs locaux ne sont pas des professionnels du maintien de l ordre. Cela explique de nombreux dérapages. Voilà… Tout est résumé.

  4. Philippe

    Triste a dire mais nous avons toussent vu des comportements et des commentaires de la part de certains policiers inacceptable mutilé des manifestants dans un pays qui est la France reste la honte du monde beaucoup de chose qui se sont passées et des ordres donnés demande à être mise en pleine lumière et les responsables mis devant leurs responsabilités le peuple ne respecte que se qui est respectable l’injustice ne produira que la haine qui tôt ou tard explosera si rien n’est fait pour la part de la gendarmerie certains mobil n’ont pas briller sur leur sens du devoir mais dans l’ensemble plus respectueux des règles d’engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *