jeudi 28 mai 2020
Accueil / A la une / Un homme neutralisé en Gironde par le GIGN après l’attaque au couteau d’un voisin et des tirs sur les gendarmes
Les gendarmes du GIGN ont été héliportés depuis Satory. (Photo d'illustration - MG/L'Essor)
Les gendarmes du GIGN ont été héliportés sur place depuis Satory. (Photo d'illustration - MG/L'Essor)

Un homme neutralisé en Gironde par le GIGN après l’attaque au couteau d’un voisin et des tirs sur les gendarmes

Retranché dans sa maison après avoir agressé au couteau un voisin et tiré à plusieurs reprises sur les gendarmes, un homme de 53 ans a été abattu par le GIGN ce 10 mai 2020 en Gironde.

Alors que le jour se lève ce dimanche sur la commune de Saint-Christoly-Médoc, située en bordure de l’estuaire de la Gironde, au nord de Bordeaux, personne ne pouvait s’attendre à la tournure de la journée. Peu après 6h du matin, un homme s’infiltre dans le domicile de son voisin, encore endormi. Sans motif apparent et alcoolisé, il l’attaque alors à l’aide d’un couteau et le blesse à la main. Selon France 3 Aquitaine, une voisine donne alors l’alerte. Les gendarmes de Lesparre-Médoc, basés à seulement quelques kilomètres, se rendent sur place. Mais à leur arrivée, l’homme, armé d’un fusil, ouvre le feu sur les militaires, blessant légèrement l’un d’entre eux. Ces derniers ripostent et se mettent à couvert dans l’attente de renforts. Le tireur en profite pour regagner sa maison, où il se retranche.

Le GIGN héliporté sur place

Le secteur est rapidement bouclé par les militaires. Néanmoins, l’homme refuse tout dialogue, profère des menaces et continue à tirer. Il est alors fait appel aux gendarmes d’élite du groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN). Héliportés depuis la région parisienne par les appareils du groupe interarmées d’hélicoptères, ils arrivent sur place en milieu de matinée. Malgré les tentatives de négociations, l’homme, connu pour des faits de violences, de toxicomanie et d’alcoolémie refuse de se rendre. À plusieurs reprises, il ouvrira d’ailleurs à nouveau le feu sur les gendarmes.

Lire aussi: L’hommage du GIGN aux personnels qui combattent le coronavirus

Tir de neutralisation

En début d’après-midi, vers 14h15, alors que la situation est figée, le forcené apparaît une nouvelle fois à la fenêtre. Armé d’un fusil muni d’une lunette de visée, il s’apprêtait à tirer à nouveau sur les gendarmes quand un membre du GIGN a effectué un tir de neutralisation depuis son poste d’observation. Les militaires ont alors pu pénétrer à l’intérieur du domicile du forcené afin de le sécuriser et permettre l’intervention des secours. L’homme est toutefois décédé quelques minutes plus tard, sans avoir pu être ranimé.

Une enquête pour violences volontaires avec arme et tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique a été ouverte.

2 Commentaires

  1. GUESSOUM

    Je ne m exprimerai pas sur la qualité du confinement mis en place par le gouvernement , mais de sa négligence dans toute sa totalité. ….

  2. Hirondelle

    ”Abattu” me semble signifier que le militaire du GIGN a tiré pour tuer ce qui ne ressort pas de la notion ”tir de neutralisation’ et des principes suivis par ses membres. L’objectif n’est pas similaire quand bien même l’issue serait la même, car un tir à l’épaule est toujours susceptible d’entraîner une hémorragie sous-clavière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *