mercredi 30 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Quatre morts dans les Pyrénées, le plus grave accident d’hélicoptère de la gendarmerie
Un hélicoptère du PGHM (Photo d'illustration: MG/L'Essor).
Un hélicoptère du PGHM (Photo d'illustration: MG/L'Essor).

Quatre morts dans les Pyrénées, le plus grave accident d’hélicoptère de la gendarmerie

(NOUVELLE VERSION ACTUALISÉE)

Un hélicoptère de la gendarmerie s’est écrasé vendredi dans les Hautes-Pyrénées faisant quatre morts, les quatre gendarmes à bord. L’accident, le plus meurtrier de l’histoire pour un hélicoptère de la gendarmerie, est survenu peu avant midi durant une mission en altitude à Cauterets. L’appareil – un EC145 – était en mission en montagne avec un pilote, un mécanicien et deux autres gendarmes lorsqu’il a heurté une paroi pour une raison qui n’a pas encore été déterminée.

Le capitaine Christophe Royer, pilote 49 ans, marié avec deux enfants, le major Dominique Jamet, mécanicien de bord, 48 ans, marié avec un enfant), et les adjudants-chefs Christophe Cavaillès, 45 ans, marié avec deux enfants et Lionel Loussalez-Artets, 43 ans, marié, avec deux enfants du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Pierrefitte-Nestalas, qui se trouvaient à bord de l’appareil, n’ont pas survécu à l’accident.

 Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve est attendu sur les lieux en début de soirée. Le Directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN) le général d’armée  Denis Favier arrivera dans le courant de l’après-midi.

Des investigations sont en cours pour déterminer les causes de l’accident, survenu lors d’un entrainement, a précisé M. Cazeneuve. “Pour l’instant, je n’ai pas décidé d’ouvrir une enquête judiciaire”, a déclaré à l’AFP le procureur de Tarbes Eric Serfass qui se rendait sur place en début d’après-midi. D’importants moyens ont été engagés sur place dans ce secteur très difficile d’accès. “La colonne de secours a atteint les débris de l’hélico”, selon la préfecture des Hautes-Pyrénées.

Le Président de la République François Hollande a fait part de « son émotion après ce tragique accident ». Il a adressé ses condoléances aux familles et aux proches des victimes » et leur a témoigné « la pleine solidarité de la Nation en ces circonstances douloureuses”. Cazeneuve a exprimé son “infinie tristesse” et le Premier ministre Manuel Valls a fait part sur Twitter de son “immense tristesse » ajoutant « Pensées émues pour les familles et collègues des gendarmes décédés”.

L’union nationale des personnels et retraités de la gendarmerie (UNPRG) « affectée par ce drame qui endeuille l’ensemble de la communauté Gendarmerie, fait part de tout son soutien aux familles de militaires disparus et adresse ses très sincères condoléances à l’ensemble des personnels de la Gendarmerie nationale »

Une cellule de crise a été ouverte en préfecture des Hautes-Pyrénées.

Depuis 1954, date de la première utilisation des hélicoptères en gendarmerie, 25 gendarmes ont été tués lors d’accidents d’hélicoptère (Indochine, Algérie, massifs montagneux en France …). Le dernier accident mortel remonte à 1997 au Pic du Midi avec l’accident d’une Alouette III qui avait fait deux morts.

Ces quatre morts dans les Pyrénées portent donc à 29 le nombre des gendarmes tués depuis 1954 dans des accidents d’hélicoptères de la gendarmerie.

Légende-photo : Des gendarmes du PGHM de Pierrefitte-Nestalas lors d’un entraînement. (Crédit M.GUYOT /Essor)

Le capitaine Royer était pilote d'hélicoptère au détachement aérien gendarmerie de Tarbes
Le capitaine Royer était pilote d’hélicoptère au détachement aérien gendarmerie de Tarbes
Le major Jamet était mécanicien de bord au détachement aérien gendarmerie de Tarbes
Le major Jamet était mécanicien de bord au détachement aérien gendarmerie de Tarbes
L'adjudant-chef Loussalez-Artets était gradé au peloton de gendarmerie de haute-montagne de Pierrefitte-Nestalas
L’adjudant-chef Loussalez-Artets était gradé au peloton de gendarmerie de haute-montagne de Pierrefitte-Nestalas
L'adjudant-chef Cavaillès était gradé au peloton de gendarmerie de haute-montagne de Pierrefitte-Nestalas
L’adjudant-chef Cavaillès était gradé au peloton de gendarmerie de haute-montagne de Pierrefitte-Nestalas
Crowdfunding campaign banner

8 Commentaires

  1. flashlook

    un beau métier que celui de pilote helico ( militaire ou civil) une vocation mais qui comporte des risques dangers ,,
    un crash helico est tres souvent ” MORTEL ” !

  2. jacquel

    En Nouvelle Calédonie, dans la région de Houaïlou, près de Coula, le crash de l’Alouette II de la Section aérienne de la gendarmerie avait fait quatre morts : le capitaine Duprat (aux commandes), le mécanicien de bord Labarthe, le maréchal logis-chef Prat (commandant de brigade de Houaïlou) et le gendarme Mouchel. L’Alouette II Sierra-Juliette avait quitté Nouméa le matin même. A Houaïlou, l’hélicoptère avait embarqué les gendarmes de la brigade pour visiter des tribus isolées. Vers 9 heures, à Coula, l’appareil a accroché trois câbles d’une ligne Enercal à haute tension, avant de s’écraser une centaine de mètres en contrebas. Le mécanicien de bord était arrivé sur le territoire cinq jours avant le crash. C’était en 1984. J’y pense toujours, je les connaissais tous les quatre. Pensées à toutes ces victimes et à leurs familles.

    • Bonjour,
      Je suis Claude CASOTTE, gestionnaire de Génération Opex. Je ne trouve aucun document concernant la mort de nos 4 camarades le 1 octobre 1984, peut-être pourriez vous m’aider. L’idée est de les mettre en “lumière” sur le mémorial de notre page.
      En vous remerciant par avance.
      Très cordialement.

      • La rédaction

        Bonsoir, c’était où? et de quelle unité ?

  3. mes ses très sincères condoléances à l’ensemble des personnels de la Gendarmerie nationale »et mes condoléances aux familles et aux proches des victimes

  4. condoléances aux familles et aux proches des victimes » et leur a témoigné « la pleine solidarité de la Nation

  5. CHRISTIAN M. VAUCHER

    en pensées émues pour la mort de ces 4 gendarmes. RIP et honneur à eux.

    FIDUCIAIRE CHRISTIAN M. VAUCHER
    Institut Romand de Formation Permanente (IRFP)
    rue de la Laiterie 1
    CH 1417 – Essertines-sur-Yverdon
    CHE – 110.518.730

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *