mercredi 2 décembre 2020
Accueil / Opérationnel / “Tel est pris qui croyait prendre…”
véhicule de police
Photo d'illustration (L'Essor).

“Tel est pris qui croyait prendre…”

Voici la lettre adressée à la rédaction de “L’Essor”:

“Suite à la réaction, le 16 novembre 2012, du syndicat de Police “Alliance” sur divers médias sur le PV infligé, par la Gendarmerie à un véhicule banalisé de la Police de Romorantin , se trouvant sur un emplacement taxi, je veux rappeler un incident dont j’ai été témoin actif voici 20 ans et dont le syndicat de Police devrait s’inspirer au lieu de faire un tel battage dans la Presse…

Après une garde à vue, 2 gendarmes de la brigade de recherches d’Orléans conduisent un individu devant le procureur à Orléans. Pas de place autorisée… Délai GAV limite. Les gendarmes laissent leur 4 L sur le grand parvis, devant le palais de justice. Ils ressortent environ une demie-heure plus tard et une surprise les attend. Un PV du commissariat de Police sur leur pare brise. Immédiatement, un compte rendu est fait à la hiérarchie.

Résultat : le commandant de légion menace les 2 gendarmes de devoir payer l’infraction et évoque 8 jours d’arrêt. Commandant de Groupement, par intérim, à l’époque, je m’arrange avec le directeur départemental des polices urbaines avec qui j’entretiens d’excellentes relations : sur le plan du PV nous arrangeons l’affaire. Par contre mes personnels ont fait chacun l’objet d’une lettre de réprimande de la légion et une note de service recommandant le respect du code de la route en toutes circonstances a été envoyée à toutes les unités …

Bien entendu nous avons fait profil bas (nous n’avions pas de syndicat..) alors qu’il s’agissait d’une mission officielle avec un véhicule de la Gendarmerie.

Conclusion : Le syndicat de police concerné devrait balayer devant sa porte avant de hurler car si j’ai bien compris, à Romorantin il s’agissait de voitures civiles alors que dans la petite histoire que je viens de narrer, la patrouille de police qui avait mis le timbre amende ne pouvait ignorer qu’il s’agissait d’un véhicule Gendarmerie dont les occupants étaient en service au Tribunal. ”

 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.