lundi 28 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Sivens : les gendarmes mobiles mettent fin à l’occupation de la zad
Les gendarmes ont mis fin vendredi après-midi à l'occupation du site de Sivens dans leTarn par des zadistes, en s'emparant d'une trentaine de récalcitrants. Douze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Du côté de la préfecture, on se félicite de cette intervention "rapide et sans violence".

Sivens : les gendarmes mobiles mettent fin à l’occupation de la zad

Les gendarmes ont mis fin vendredi après-midi à l’occupation du site de Sivens  dans leTarn par des zadistes, en s’emparant d’une trentaine de récalcitrants. Douze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, et les forces de l’ordre n’avaient pas recensé de blessés à 14h45, a précisé une source proche du dossier.

Après avoir cerné de plus en plus près une trentaine d’occupants qui refusaient de partir, les gendarmes mobiles, en grand nombre, se sont saisis d’eux. Malgré la résistance passive des zadistes qui tentaient de s’accrocher les uns aux autres, les forces de l’ordre ont réussi à les séparer, sur le lieu même où le jeune écologiste Rémi Fraisse était mort le 26 octobre dernier, tué par l’explosion d’une grenade offensive de la gendarmerie.

“Une intervention rapide et sans violence”

Tandis que plusieurs des interpellés étaient menottés, legros de la troupe était escorté vers la sortie de la zone par les gendarmes. Trois derniers zadistes restaient perchés à 12 mètres de haut sur un échafaudage, et une équipe spécialisée de la gendarmerie devait se charger de les faire descendre.

Une source préfectorale s’est félicitée de cette “intervention rapide et sans violence”. Il s’est passé environ deux heures entre l’entrée sur le site des gendarmes et la prise de contrôle de la zone par les gendarmes mobiles qui étaient plus de 300 mobilisés cette semaine pour empêcher les heurts entre pro et antibarrages puis pour expulser les zadistes.

La justice avait ordonné leur expulsion fin février mais le gouvernement avait décidé d’attendre le choix du conseil général du Tarn sur une solution de remplacement au projet de barrage initial, écarté mi-janvier par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, qui l’estimait surdimensionné.

L’assemblée départementale a voté massivement (43 voix sur 46) vendredi matin en faveur d’un projet réduit, donnant ainsi le feu vert à l’évacuation, immédiatement ordonnée par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *