mardi 20 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Séisme en Haiti : les dépouilles des deux gendarmes rapatriées
Les dépouilles des deux gendarmes français morts en Haïti ont été rapatriés mardi en fin de matinée au pavillon d'honneur de l'aéroport d'Orly où les honneurs militaires leur ont été rendus.

Séisme en Haiti : les dépouilles des deux gendarmes rapatriées

Les dépouilles des deux gendarmes français morts en Haïti ont été rapatriés mardi en fin de matinée au pavillon d’honneur de l’aéroport d’Orly où les honneurs militaires leur ont été rendus.

La cérémonie s’est déroulée en présence de Marie-Luce Penchard, secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.L’adjudant-chef Lionel Amar, promu au grade de major, et l’adjudant Laurent Le Briero faisaient partie de la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah). Les deux gendarmes seront prochainement faits chevaliers dans l’Ordre national du Mérite.

Les deux gendarmes avaient été déployés dans le cadre de la mission Minustah (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti) à laquelle participaient trente-huit fonctionnaires de la police nationale et vingt-cinq militaires de la gendarmerie nationale.

Rappelons que trente-six hommes de l’escadron de gendarmerie mobile (EGM) d’Antibes basé en Martinique sont arrivés à Port-au-Prince le surlendemain du séisme.
Huit autres gendarmes, de l’état-major projetable de gestion de crise  (EMPGC) de la force de gendarmerie mobile d’Ile-de-France (FGMI), dont deux spécialistes en système informatique et communication (SIC), et de l’état-major du groupement de Martinique, sont  arrivés sur place Onze gardes républicains les ont rejoints “pour assurer la sécurité du détachement de la Sécurité civile”.

La mission des gendarmes mobiles vise “à se placer à la disposition des autorités locales dans une démarche liée à la sécurité des personnes et des biens”, avait précisé mercredi la direction de la gendarmerie. Par ailleurs, quatorze membres (huit gendarmes et six policiers) de l’Unité nationale d’identification des victimes de catastrophes (UNIVC) seront chargés de l’identification des morts.

Avant le séisme, 31 gendarmes étaient déjà présents en Haïti: 25 dans le cadre de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), afin d’assurer la formation et l’assistance de la police en Haïti, et 6 pour la protection de l’ambassade de France. Un séisme, d’une magnitude de 7,3 a frappé Haïti mardi après-midi 12 janvier, faisant de nombreuses victimes. Son épicentre était situé à environ 15 km à l’ouest de la capitale Port-au-Prince et à 8 km de profondeur. Dans l’heure qui a suivi la première secousse, une série de puissantes répliques ont été enregistrées, les deux principales d’une magnitude de 5,9 et 5,5. D’autres répliques sont attendues.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.