dimanche 27 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Prison avec sursis requise en appel contre deux gendarmes pour “détention arbitraire”
Palais de justice
Illustration (MG/L'Essor).

Prison avec sursis requise en appel contre deux gendarmes pour “détention arbitraire”

Le ministère public a demandé mercredi confirmation d’une peine de quatre mois de prison avec sursis à l’encontre de deux officiers de gendarmerie jugés en appel à Riom dans le Puy-de-Dôme pour “détention arbitraire” d’un syndicaliste, lors d’une visite de Nicolas Sarkozy dans l’Allier, en 2010.

La cour a mis sa décision en délibéré au 21 janvier 2015. L’ancien commandant de groupement de gendarmerie de l’Allier, le colonel Patrick Martzinek et son ex-adjoint, le capitaine Pierre Pouly, avaient été reconnus coupables le 16 juin dernier d’avoir ordonné, “sans base légale solide”, l’arrestation et la rétention quatre heures durant d’un syndicaliste de SUD susceptible, selon eux, de perturber la visite de l’ancien chef de l’Etat. Le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand leur avait également infligé 1.000 euros d’amende et les deux militaires avaient fait appel.

“Une interpellation déguisée”

Au matin de la visite présidentielle, Frédéric Le Marrec,un éducateur spécialisé, avait été interpellé à la sortie de son travail, vers 09H30, “en possession d’un drapeau” de son syndicat. Conduit à la brigade du Mayet-de-Montagne (Allier), il y était resté jusqu’au décollage de l’avion présidentiel. “Je suis resté parce qu’un gendarme me déconseillait de partir, même si je n’étais pas en garde à vue. Je voulais éviter le risque de délit d’outrage et de rébellion”, a-t-il expliqué mercredi à la barre.

Dans des échanges téléphoniques avec la brigade, le capitaine Pouly avait ordonné aux gendarmes de “garder” le militant au prétexte d’une “vérification d’identité”. “En fait c’est une interpellation déguisée, vous avez tous compris (…) Ahh commencez pas à me parler de cadre hein ! … On le garde, on s’expliquera après”, avait-il dit alors au téléphone.

Quelques jours plus tard, le syndicaliste avait porté plainte pour “arrestation abusive” et une instruction avait été ouverte, aboutissant en décembre 2011 à la mise en examen de sept gendarmes: les deux officiers et les cinq hommes qui avaient exécuté leurs ordres et qui ont ensuite bénéficié d’un non-lieu.

“Aucune banderole n’était tolérée “

A l’audience, le colonel Martzinek a reconnu avoir “effectivement pris la décision d’extraire M. Le Marrec”. “On n’était pas dans une situation normale et on pouvait craindre des évènement individuels. Aucune banderole n’était tolérée et toute manifestation devait être hors de vue du président de la République”, s’est-t-il justifié.

“La liberté d’aller et venir de M. Le Marrec n’a jamais été mis en cause. Cette affaire a été montée de toute pièce”, a plaidé son avocat, Me Gilles-Jean Portejoie, rappelant le contexte “passionnel” de la visite du chef de l’Etat à cette période. Il a demandé, ainsi que son confère, la relaxe des deux officiers. “C’est une atteinte aux libertés extrêmement grave. (…) On a fait de la mission des gendarmes une mission de protection de l’image du Président de la République”, a estimé l’avocat du syndicaliste et de la Ligue française pour la défense des droits de l’Homme et du Citoyen.

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. chassonnaud

    si l’on se rappelle de cette période il fallait effectivement qu’aucun fait dénote lors de la visite du chef de l’Etat Nicolas Sarkosy !!! difficile de trouver une solution pour éviter l’usage de banderole ou d’écart d’attitude de personnes supposées mal intentionnées !!! avoir le bon raisonnement ou faire un excès de zèle lorsque l’on connaît la possible intention d’un individu reconnu comme étant syndicaliste, n’est pas facile !!! en fait sur le moment seul le résultat compte !!! comme l’a dit l’officier concerné on exécute d’abord, même illégalement, et on s’explique ensuite !!! à l’heure, justement, des explications le principal concerné devrait demander le témoignage de la hiérarchie du moment et celui, pourquoi pas, de Nicolas Sarkosy redevenu simple citoyen si l’on peut dire !!! car sinon il va prendre le maximum pour avoir outrepassé la loi !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *