samedi 31 octobre 2020
Accueil / L'actualité Hauts-de-France / Prison ferme pour avoir forcé un barrage de Gendarmerie
Contrôle de gendarmerie à l'entrée de Vence (Photo d'illustration D.C)
Contrôle de gendarmerie à l'entrée de Vence (Photo d'illustration D.C)

Prison ferme pour avoir forcé un barrage de Gendarmerie

Un homme de 35 ans a été condamné lundi 28 mai à une peine de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Arras pour avoir forcé un contrôlé de Gendarmerie, obligeant l’un des militaires présenta à ouvrir le feu. Contrôlé le 20 avril à 139 km/h au lieu des 90 km/h autorisés sur la RN 17 à Vimy (Pas-de-Calais), l’homme avait d’abord paru obéir à l’injonctiondes gendarmes de s’arrêter avant d’accélérer, selon La Voix du Nord, qui relate l’audience. Se sentant menacé, l’un des militaires a tiré à quatre reprises sur le véhicule, sans atteindre ses occupants. 

Le chauffard a alors pris la fuite avec, à ses trousses, un hélicoptère et plusieurs équipages de la brigade anticriminalité de la Police Nationale  de Lens, dont l’un parvient à crever ses pneus arrières à l’aide d’un dispositif “stop-stick”. Interpellé alors qu’il tente de prendre la fuite à pied, l’homme présente une alcoolémie de 2,30 g/l.

Des explications pas convaincantes

A l’audience, il a tenté en vain de convaincre les magistrats qu’il ne visait pas les gendarmes et a écopé de “seize mois de prison dont douze avec sursis et mise à l’épreuve de deux ans et révocation de deux mois d’un précédent sursis. Son permis est annulé avec interdiction de le repasser avant dix-huit mois. Il devra indemniser les victimes”, détaille le journal nordiste.

Lire aussi sur L’Essor: Affaire Tapella : le conducteur condamné à 18 ans de prison

C’est à la brigade de Vimy qu’était affecté l’adjudant Jeannick Tapella, fauché par un chauffard dans des conditions similaires en juillet 2010. Grièvement blessé, le militaire avait succombé à ses blessures quatre mois plus tard. Poursuivi pour homicide volontaire, le chauffard avait été condamné à 18 ans de réclusion en juin 2013 par la cour d’assises du Pas-de-Calais. 

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.