mardi 20 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Pour François Hollande : “c’est la République qui est atteinte”
Le président de la République, François Hollande (Photo M. Guyot/Essor)
Le président de la République, François Hollande (Photo M. Guyot/Essor)

Pour François Hollande : “c’est la République qui est atteinte”

Le président de la République François Hollande a déclaré qu'”à travers le drame” du meurtre de deux gendarmes dans le Var dans la nuit de dimanche à lundi “c’est la République qui est atteinte”, rapporte l’Elysée.

“C’est avec une très grande émotion que j’ai appris le meurtre de deux femmes gendarmes, cette nuit à Collobrières”, a affirmé le chef de l’Etat dans un communiqué.

“C’est une tragédie pour les familles et l’ensemble de la Gendarmerie auxquelles j’exprime mon soutien et ma solidarité. A travers ce drame, c’est la République qui est atteinte”, a poursuivi François Hollande.

“Au moment où je pars pour représenter la France au sommet du G20 au Mexique, j’ai demandé au ministre de l’intérieur de se rendre immédiatement sur place”, a-t-il précisé. Manuel Valls est attendu dans le Var dans la matinée.

L’homme interpellé reconnait les faits

L’homme placé en garde à vue après la mort de deux femmes gendarmes dimanche soir à Collobrières (Var), a reconnu être l’auteur des coups de feu, a annoncé lundi le procureur de la République à Toulon, lors d’une conférence de presse.

Condamné par le passé pour infraction à la législation sur les stupéfiants et vols avec violences, cet homme de 30 ans était sorti de prison en septembre, après 6 ans d’incarcération, a précisé le procureur, Xavier Tarabeux.

La semaine dernière, il avait été condamné à une peine de sursis-mise à l’épreuve pour violences commises sur sa mère. Il est soupçonné d’avoir tué Alicia Champlon, une adjudante de 29 ans, dont le compagnon est gendarme à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), et Audrey Bertaut, maréchal des logis-chef de 35 ans, mère de deux filles de 5 et 13 ans.

Les deux femmes, en poste à Pierrefeu (Var), étaient intervenues pour régler un différend à la suite du vol d’un sac à main.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le suspect a tiré dans un premier temps deux coups de feu sur Audrey Bertaut, un fait considéré comme “un meurtre”, avant de poursuivre sa collègue et de tirer six balles dans sa direction, a souligné le procureur, qui, dans ce second cas, a retenu “une volonté de donner la mort par préméditation, donc l’assassinat”.

Émotion sur Internet

Les forums de gendarmes, qui n’ont pas de syndicats comme les policiers et s’expriment sous le sceau de l’anonymat, ont été largement consacrés à cet  événement. La plupart des internautes insistent sur les conditions de travail et le fait de savoir si des patrouilles à deux sont “adaptées à la situation”. Certains avancent la possibilité de fermer “en signe de deuil” les gendarmeries en France le jour des obsèques ou de porter en permanence un brassard noir.

Crowdfunding campaign banner

6 Commentaires

  1. flashlook

    c’est une erreur tactique de gestion de personnels sur le terrain franchement mettre deux femmes gendarmes c’est une véritable erreur la hiérarchie devrait s’expliquer

    que l’on mette des femmes dans les unités oui mais éviter de les mettre en 1 ère ligne les emplois ne manquent pas dans les domaine technique administratif etc

    cet homme j’en suis sur n’aurait pas agi de la même façon avec deux gaillards de gendarmes hommes

    mettre deux femmes en 1 ère ligne voila le résultat la hiérarchie ira s’en expliquer !!!

  2. Encore une erreur de la hiérarchie de mettre deux femmes d’astreinte de nuit. Mais ne détournons pas le problème, devant un acte aussi horrible, il faudrait remettre la peine de mort. Pour ces individus qui tuent froidement, il ne faut pas “prendre de gants”, il faut les tuer !

  3. camuset

    je suis tout a fait du meme avis que MIGLIRINA

  4. et le compte rendu avant intervention au COG, demande d’aide autre patrouille, heure légale d’intervention au domicile d’un particulier, deux femmes en intervention de nuit (PAM) de nombreuses questions soulevées.

  5. ROCHE ANNIE

    Ma fille et mon gendre sont gendarmes.
    Mon émotion devant ce crime, est incommensurable.
    Ils auraient pu être à la place de ces deux jeunes femmes.
    Je connais leurs difficiles conditions de travail, leurs horaires extensibles et leur dévouement.
    Je suis bouleversée!

  6. christophe

    Mon épouse et moi-même sommes en activité au sein de la gendarmerie depuis 20 ans. Nous avons tous de la peine pour nos deux camarades. Mais à quand la cessation des réduction d’effectifs, à quand les patrouilles de nuit à trois militaires minimum, à quand les tasers dans toute les COB, à quand plus d’une séance de tir par an au lieu des nouvelles mises en garde écrites suite aux cas concrets étudiés aux instructions COB. Je viens de lire l’article du directeur mis en ligne par Intranet à quand la fin de la langue de bois et la défense des personnels comme le général venant de parler sur RTL à 12 heures 45. Mais ce dernier n’était plus en activité, dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.