vendredi 23 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Policiers tués : enquête sur la société de location du 4X4

Policiers tués : enquête sur la société de location du 4X4

Le chauffard qui a tué jeudi deux policiers en percutant leur voiture avait loué son 4×4 à une société de location de voiture de luxe, qui fait “l’objet d’une enquête” de le part de la police, a expliqué le directeur de de la police judiciaire parisienne.

“Le numéro d’immatriculation de la voiture du chauffard faisait l’objet d’une fiche de surveillance de la part de la police”, a expliqué Christian Flaesch lors d’un point presse avec le procureur de la République de Paris François Molins. “Il n’était pas (…) balisé par la police. Mais simplement nous avons une enquête en cours, même si nous aurions préféré qu’elle soit discrète, sur la société de location puisque effectivement nous avons des doutes”, a-t-il poursuivi. “Tous les véhicules loués par cette société faisaient l’objet d’une fiche d’attention”, a expliqué M. Flaesch.

Les deux policiers parisiens ont été tués jeudi matin quand leur véhicule a été très violemment percuté sur le périphérique parisien par un 4×4 noir qui avait été pris en chasse et dont le conducteur était ivre et sans permis. Le pronostic vital d’un troisième policier de la BAC de nuit âgé de 54 ans, est engagé, selon une source proche de l’enquête.

Le patron du 36 quai des Orfèvres a également expliqué que depuis plusieurs mois, la police parisienne relevait “un certain nombre d’identité de conducteurs de véhicules de luxe qui circulent notamment sur les Champs-Elysées”. “Et lorsque nous avons une inadéquation entre le profil du conducteur et le montant de la location de ces véhicules, nous ouvrons une enquête”, a-t-il précisé.

L’enquête concernant la société de location a été ouverte suite à un contrôle effectué en 2012 sur un véhicule de luxe “loué dans des conditions où il nous semblait que le conducteur n’avait pas les moyens officiels de louer ce type de véhicule”, a précisé M. Flaesch. “Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, cela fait quelques années que l’on s’intéresse fortement aux gens qui affichent un train de vie (…) alors qu’ils n’ont pas véritablement de ressources affichées pouvant l’expliquer”, a ajouté François Molins.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.