mardi 29 septembre 2020
Accueil / L'actualité Auvergne Rhône-Alpes / Le parquet fait appel de la condamnation des voleurs de famas

Le parquet fait appel de la condamnation des voleurs de famas

Des élèves de l'école de Dijon s'entraînent avec le Famas Crédit : M.Guyot/Essor.
Des élèves de l’école de Dijon s’entraînent avec le Famas Crédit : M.Guyot/Essor.

Des peines de 10 mois à deux ans de prison ont été prononcées vendredi à l’encontre de trois hommes pour le récent vol de deux fusils Famas à des militaires en Isère. Le parquet a fait appel, estimant les condamnations insuffisantes.

Les suspects avaient été interpellés dimanche et lundi par les gendarmes de la Section de recherches de Grenoble avec trois autres personnes – un autre homme et deux femmes – dans plusieurs familles de gens du voyage sédentarisés dans la région.

Placé en détention mercredi à l’issue de sa garde à vue, le plus âgé des prévenus, 44 ans, a écopé de deux ans de prison ferme.Son neveu, 32 ans, a été condamné à 18 mois d’emprisonnement et le dernier prévenu, 41 ans, à dix mois ferme. Tous deux comparaissaient libres. La peine des trois hommes a été assortie d’une interdiction de cinq ans
pour l’acquisition et la détention d’armes.

Déjà connus de la justice, les prévenus étaient jugés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Vienne, pour vols avec dégradation en réunion, détention d’armes de catégorie A et recel de vol.

Le vol s’était produit le 2 février sur un parking de La Verpillière.

Piste terroriste écartée

Une éventuelle piste terroriste avait rapidement été écartée.

Le vol avait été commis sur un parking dans une zone commerciale quand trois militaires – deux revenant d’une mission Sentinelle à Paris et l’autre les convoyant – avaient laissé leur fourgonnette banalisée sans surveillance, avec leurs Famas à l’intérieur, le temps d’aller déjeuner.
A leur retour, la vitre avait été fracturée et les fusils (déchargés), des munitions d’une arme de poing et des effets personnels qui se trouvaient à l’intérieur s’étaient volatilisés.
Retrouvé dans une voiture volée utilisée par les malfaiteurs, l’ADN de l’un d’eux a permis de remonter jusqu’à eux.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *