lundi 26 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Opération de gendarmerie contre les voleurs d’eucalyptus
Les élèves sortiront directement OPJ de l'école des gradés (MG/L'Essor).

Opération de gendarmerie contre les voleurs d’eucalyptus

Une trentaine de gendarmes et policiers municipaux étaient mobilisés samedi dans le massif du Tanneron, à cheval sur le Var et les Alpes-Maritimes, pour traquer les voleurs faisant main basse depuis quelques années sur le feuillage d’eucalyptus, très prisé des fleuristes.

Au milieu des mimosas en fleurs, 26 gendarmes des compagnies de Draguignan et de Cannes et deux policiers municipaux ont quadrillé les plantations d’eucalyptus de Tanneron (Var), Pégomas et Mandelieu (Alpes-Maritimes), contrôlant les routes d’accès menant à ces communes pour tenter de mettre la main sur des coupeurs de feuillage ou sur ceux qui viennent récupérer les ballots de marchandise.

Depuis septembre 2012, les gendarmes ont procédé à au moins 10 interpellations en flagrant délit dans le massif. Souvent originaires du Maghreb ou d’Europe de l’Est, les hommes interpellés ou contrôlés jusque-là faisaient partie d’un réseau ayant des ramifications en Italie et jusqu’en Hollande, plaque tournante européenne pour le marché des fleurs, explique le chef d’escadron Stéphane Bonmarchand, commandant la compagnie de gendarmerie de Draguignan.

L’eucalyptus populus, aux feuilles vert argenté, et le cinerea, tirant sur le gris-bleu, sont très recherchés pour agrémenter les bouquets, dans les pays scandinaves et les pays de l’Est notamment. Le massif du Tanneron, qui s’étend sur 300 hectares, est particulièrement propice à leur culture. “A l’approche de la Saint-Valentin, le risque de vol augmente considérablement, tout comme avant Noël ou avant la Fête des mères car la demande est forte”, note M. Bonmarchand. Et “le weekend est plus propice aux vols, les exploitants étant moins présents sur leurs parcelles”, souligne-t-il.

Le marché de l’eucalyptus est juteux, bien plus rentable que le mimosa, qui fait la renommée de la région mais reste saisonnier, souligne Robert Trabaud, maire du village de Tanneron et producteur lui-même. Le feuillage récolté est vendu aux grossistes autour de 2,50 euros le kg.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.