mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Nice: un major de 52 ans tué par un fuyard
Un hélicoptère de la Gendarmerie pendant un exercice de filature (Archives M.GUYOT/ESSOR)
Un hélicoptère de la Gendarmerie pendant un exercice de filature (Archives M.GUYOT/ESSOR)

Nice: un major de 52 ans tué par un fuyard

Un gendarme de 52 ans, renversé près de Nice par un voleur de voiture en fuite qu’il tentait d’appréhender, est mort mercredi de ses blessures, alors que 120 de ses collègues des Alpes-Maritimes recherchaient toujours activement le coupable à la tombée de la nuit. Le major Daniel Briere, numéro deux de la brigade de recherche de Nice, a été percuté à pied, arme à la main, par le chauffard.

Marié et père de deux enfants, il a succombé “quelques dizaines de minutes” après avoir été transporté dans un hôpital de Nice, a précisé à l’AFP le colonel Gaël Marchand, commandant du groupement de Gendarmerie des Alpes-Maritimes.

“Le major était un grand professionnel de la police judiciaire, avec une personnalité rayonnante, très estimé de ses camarades de travail, de ses supérieurs et des magistrats”, a affirmé avec tristesse le colonel Marchand.

“Tous les moyens opérationnels sont mis en oeuvre localement afin d’appréhender les auteurs de ce crime”, a annoncé, dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls en début de soirée, en faisant part de sa “très vive émotion” après la mort du militaire.

Environ 120 gendarmes de tout le département ont été requis pour retrouver le voleur en fuite, avec l’aide d’équipes cynophiles et d’un hélicoptère de recherche. Douze points de contrôle de véhicules ont été établis.

L’affaire a commencé dans le village de La Grave-de-Peille, dans l’arrière-pays niçois, où la gendarmerie avait découvert vers 10H00 un véhicule volé le matin même à l’Escarène, une autre commune des environs. A midi, la brigade de recherches de Nice monte un dispositif de surveillance avec six gendarmes en civil et bloque trois axes de fuite possible à bord de véhicules banalisés.

Un homme prend enfin le volant de la voiture volée à 14H35, emprunte la direction de Nice et se retrouve en face du major Daniel Briere, descendu de son véhicule avec une arme à la main et un brassard de Gendarmerie. Le major Briere, accompagné d’un coéquipier, “tente de l’intercepter, sort son arme et se fait percuter”, précise le colonel Marchand. Il a ensuite été conduit dans un hôpital de Nice “dans un état critique”.

Le chauffard a partiellement brûlé le véhicule, avant de prendre la fuite à pied dans un lieu où le terrain est très escarpé.

Le gendarme “a été délibérément percuté par le véhicule faisant l’objet de la surveillance”, rapporte le ministère de l’Intérieur, qui a salué “l’engagement des hommes et des femmes qui concourent tous les jours à la sécurité de nos concitoyens au péril de leur vie”.

“Une fois de plus, les forces de l’ordre sont victimes, dans l’exercice de leurs fonctions, de délinquants particulièrement déterminés qui n’hésitent pas à faire usage de la violence et à tuer. Je souhaite que le coupable soit retrouvé et condamné avec la plus extrême fermeté”, a dit de son côté le président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. JEAN NOEL DUPUIS

    Monsieur le Ministre de l’intérieur
    Place Beauvau
    75800 Paris Cedex 08

    Saint Gobain le 17.10.2012

    Madame, Monsieur, les Ministres de l’Intérieur et de la Justice.

    Le Parlement a voté une loi, au nom des citoyens, le « Projet de loi visant à réduire le risque de récidive criminelle ».
    Il est temps, en effet, de mettre un coup d’arrêt définitif à la litanie des meurtres et assassinats perpétrés contre les Gendarmes, par des criminels remis en liberté par la Justice.
    En tant que citoyen responsable et défenseurs des droits de l’homme et des libertés, à commencer par le droit pour tous d’aller et venir en sécurité, je vous demande instamment, Madame et Monsieur le Ministre :
    – de rétablir la peine de perpétuité réelle pour les assassins, (aujourd’hui, la « perpétuité » correspond à seulement 20 ans de prison en moyenne) ;
    – et de faire effectivement exécuter les peines prononcées par les tribunaux, en supprimant les remises de peine automatiques dont bénéficient tous les criminels actuellement.
    Et de mettre une nouvelle loi, pour qu’une voiture soit considérée comme une arme, contre les forces de l’ordre pour homicide et assassinat volontaire.

    Pour votre information, je vous rappelle les articles de lois qui suivent, si vous avez la mémoire courte.
    Ce chapitre a été décrété le 17 février 1810, et promulgué le 27 du même mois, et n’a jamais été modifier depuis ce jours.
    SECTION 1. – MEURTRES ET AUTRES CRIMES CAPITAUX, MENACES D’ATTENTATS CONTRE LES PERSONNES.
    1. – MEURTRE, ASSASSINAT
    ARTICLE 295.
    L’homicide commis volontairement est qualifié meurtre.
    ARTICLE 296.
    Tout meurtre commis avec préméditation ou de guet-apens, est qualifié assassinat.
    ARTICLE 297.
    La préméditation consiste dans le dessein formé, avant l’action, d’attenter à la personne d’un individu déterminé, ou même de celui, qui sera trouvé ou rencontré, quand même ce dessein serait dépendant de quelque circonstance ou de quelque condition.
    SECTION II. – BLESSURES ET COUPS VOLONTAIRES NON QUALIFIÉS MEURTRE, ET AUTRES CRIMES ET DÉLITS VOLONTAIRES.
    ARTICLE 309.
    Sera puni de la peine de la réclusion, tout individu qui aura fait des blessures ou porté des coups, s’il est résulté de ces actes de violence une maladie ou incapacité de travail personnel pendant plus de vingt jours.
    ARTICLE 310.
    Si le crime mentionné au précédent article a été commis avec préméditation ou guet-apens, la peine sera celle des travaux forcés à temps.

    Veuillez agréer, Madame, Monsieur, le Ministre, l’expression de ma considération.

    Dupuis Jean Noël.

  2. JEAN NOEL DUPUIS

    Décès du Major de la Gendarme renversé près de Nice
    Le Major de la Gendarmerie, renversé par une voiture ce mercredi à Peille dans l’arrière-pays niçois est décédé à l’hôpital, le Major été père de deux enfants.
    Le ou les occupants de la voiture sont en fuite et un vaste dispositif de recherche a été déployé. Un véhicule, qui pourrait être celui en cause dans l’accident, a été retrouvé brûlé dans le secteur.
    Enquête sur un vol de voiture
    L’accident s’est produit vers 15 h sur un pont situé à La Grave-de-Peille. Selon les premiers éléments, le conducteur de la voiture aurait tenté d’échapper à un contrôle de gendarmes qui enquêtaient sur un vol de véhicule.
    Il aurait subitement mis les gaz, n’hésitant pas à renverser l’un des gendarmes qui lui barrait la route.
    En espérant que la justice et les juges, ne soit plus laxistes, avec des individus, qui tue sans vergones les Gendarmes.
    J’envois des demain matin, un courrier aux Ministres concernés, pour que la voiture soit considérer comme une armes, contre les forces de l’ordres.
    DUPUIS JEAN NOËL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.