jeudi 29 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Militaires tués en Guyane : les suspects arrêtés au Brésil ont avoué
Un site d'orpaillage illégal en Guyane (Crédit photo: DR).

Militaires tués en Guyane : les suspects arrêtés au Brésil ont avoué

Les deux Brésiliens, identifiés sous les noms de Manoel Ferreira Moura et Ronaldo Silva Lima “ont reconnu leur participation dans le meurtre de Sebastien Pissot et Stephane Moralia”,  a indiqué la police brésilienne. Manoel Ferreira Moura, 25 ans, dit “Manoelzinho”, un Brésilien de 25 ans à la tête d’un gang violent qui dirigeait un site d’orpaillage clandestin et Ronaldo Silva Lima, dit “O Brabo”, ont été arrêtés vendredi à Macapa, capitale de l’Etat brésilien d’Amapa (nord), a indiqué la police brésilienne.

A la suite d’un renseignement, la police s’est rendue dans un hôtel de Macapa où les suspects étaient censés séjourner et les a trouvés dans un taxi à proximité de l’établissement. Moura avait 5.000 dollars sur lui, un pistolet Glock de calibre 9 mm et un couteau et Lima un Glock 9 mm et 275 dollars, a encore précisé la police. Dans le véhicule, se trouvait également une femme du nom de Marilene Santos Fonseca, qui aurait, selon la police, accompagné les deux suspects lors de leur fuite de Guyane. Fonseca, qui avait 450 dollars sur elle et était accompagnée de son fils de 3 ans, aurait indiqué aux policiers avoir vu les deux suspects enterrer deux fusils d’assaut semi-automatiques AR-15 en leur possession.

Les soldats tués, âgés de 32 et 29 ans, faisaient partie d’un groupe de militaires participant à une opération contre des chercheurs d’or clandestins en Guyane, département français d’Amérique du Sud, frontalier du Brésil. Ils avaient été pris dans une embuscade à proximité des lieux où un peu plus tôt un hélicoptère de la gendarmerie avait essuyé des tirs, dans la région de Dorlin, qui se situe sur l’immense territoire de la commune de Maripasoula. Cet hélicoptère participait à une opération de sécurisation de la zone devant permettre l’installation progressive d’une société minière légale dans cette région, haut lieu isolé de l’orpaillage clandestin en Guyane depuis près de 20 ans.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.