lundi 21 septembre 2020
Accueil / L'actualité Mayotte / Mayotte : réunion de crise après le meurtre d’un métropolitain
Une réunion de crise entre services de l'Etat, associations et élus s'est tenue lundi à la mairie de Mamoudzou après la mort vendredi d'un métropolitain poignardé par un mineur.

Mayotte : réunion de crise après le meurtre d’un métropolitain

Une réunion de crise entre services de l’Etat, associations et élus s’est tenue lundi à la mairie de Mamoudzou après la mort vendredi d’un métropolitain poignardé par un mineur.

Cette réunion, qui s’est tenue à huis clos, devait permettre la coordination sous l’égide de la préfecture des différentes actions des services de l’Etat concernés (police, gendarmerie, vice-rectorat, etc.), des municipalités et des associations autour des problématiques conjointes de la sécurité et de la jeunesse.

42 gendarmes en renfort cet été 

Le 101e département français connaît une délinquance juvénile importante: un tiers des actes de délinquance sont imputables à des mineurs. Aucune information n’a filtré de cette rencontre à huis clos et aucune annonce n’a été faite à la presse. Interrogés à l’issue de la rencontre, le préfet de Mayotte et le premier adjoint au maire de Mamoudzou ont simplement rappelé que 42 gendarmes supplémentaires étaient attendus sur le territoire en juillet.

Ils ont également réaffirmé que des commandes d’éclairage public dans des quartiers prioritaires du chef-lieu de l’île allaient être effectuées, ainsi que l’installation d’un système de vidéo-surveillance sur l’ensemble de la commune. La mairie de Mamoudzou a également répété sa volonté d’augmenter ses effectifs d’agents de la police municipale, mais sans avancer de chiffres.

Un mineur interpellé 

Des participants, qui ont requis l’anonymat, ont regretté que des mesures d’urgence n’aient pas été prises durant cette rencontre. Une deuxième réunion exceptionnelle organisée par la Préfecture aura lieu mardi en présence des parlementaires, du président du Conseil départemental, de l’ensemble des maires, du procureur de la République, du Grand Cadi (représentant religieux musulman) et des services de l’Etat concernés.

Un des trois auteurs du vol avec violences ayant entraîné la mort d’un homme vendredi, un adolescent de 16 ans, a été interpellé dans la nuit de samedi à dimanche. Les deux autres suspects sont toujours recherchés. Après ce meurtre, un appel à une “journée île morte” avait été diffusé uniquement sur les réseaux sociaux pour encourager les Mahorais à se rassembler mardi sur la place centrale de Mamoudzou, et à fermer les écoles, les administrations et les entreprises.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *