mercredi 24 avril 2019
Accueil / L'actualité Mayotte / Mayotte : prison avec sursis pour un gendarme ayant blessé un enfant au flashball
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

Mayotte : prison avec sursis pour un gendarme ayant blessé un enfant au flashball

Le gendarme qui avait éborgné un enfant de 9 ans d’un tir de flashball, à Mayotte, en 2011, a été condamné vendredi à 2 ans de prison avec sursis par la cour d’assises de Mayotte.

L’accusé, placé sous contrôle judiciaire depuis les faits, comparaissait libre au tribunal de Mamoudzou pour ce “premier tir de flashball jugé aux assises en France”, selon l’avocat de la défense, Me Laurent-Franck Liénard. Jusqu’à présent, les procès pour des tirs de flashball par des forces de l’ordre s’étaient tenus en correctionnelle, comme à Nantes en 2012 ou Bobigny le 5 mars.

Il a été condamné vendredi à 2 ans de prison avec sursis. Parmi les circonstances aggravantes ont notamment été retenues l’âge de la victime au moment des faits et le statut de l’accusé, une personne dépositaire de l’autorité publique.

L’avocat de la défense, Me Laurent-Franck Liénard, a qualifié la décision de justice de “grosse déception”, déplorant que “les gendarmes qui font usage de leur arme dans le cadre de la loi soient jugés en cour d’assises et condamnés”. L’avocat de la victime, Me Saïd Larifou, a déclaré qu’elle et sa famille étaient “satisfaites” de la décision de justice car “la cour a qualifié l’acte à sa juste valeur, reconnaissant qu’il s’agissait d’un crime”.

Les parties civiles réclament 100.000 euros de dommages et intérêts pour l’enfant ayant perdu son œil, 30.000 euros pour chacun des parents et 20.000 euros pour chacun des 7 frères et sœurs, à l’agent judiciaire de l’Etat.

A voir également

Barricades constituées de bouteilles de gaz à Notre Dame des Landes Gendarmes mobiles à Notre-Dame-des-Landes (Photo d’illustration Gendarmerie Nationale)

Notre-Dame-des-Landes: le point un an après l’opération

Le 9 avril 2018 restera une date historique pour la Gendarmerie Nationale. Ce jour là, en pleine nuit, elle lance une opération de maintien de l'ordre historique: l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !