mercredi 24 avril 2019
Accueil / L'actualité Martinique / Martinique : incidents, tirs de lacrymogènes des gendarmes au siège du collectif
Des incidents ont éclaté vendredi 6 mars à Fort-de-France autour du siège du collectif menant la grève générale en Martinique, les gendarmes tirant des grenades lacrymogènes, et le maire de la ville a été victime d'un malaise.

Martinique : incidents, tirs de lacrymogènes des gendarmes au siège du collectif

Des incidents ont éclaté vendredi 6 mars à Fort-de-France autour du siège du collectif menant la grève générale en Martinique, les gendarmes tirant des grenades lacrymogènes, et le maire de la ville a été victime d’un malaise.

De premiers incidents avaient éclaté dans l’après-midi sur la rocade de la ville, en marge d’une opération escargot menée par des chefs d’entreprise et agriculteurs contre le blocage de l’île depuis plus d’un mois du fait du mouvement de grève. Les gendarmes mobiles avaient déjà tiré des salves de lacrymogènes.
Des accrochages sporadiques se sont ensuite déplacés vers le centre ville et une journaliste de l’AFP a constaté des heurts, jets de bouteilles contre tirs de lacrymogènes, tout autour de la Maison des syndicats à partir de 17H30 (22H30 à Paris).

Les premières tensions étaient apparues en raison de l’opération escargot organisée par les patrons dans la matinée, qui avaient emprunté la rocade qui contourne la ville, ce qui a été considéré par le Collectif et les manifestants comme une provocation. Les incidents entre la population et les forces de l’ordre se sont déroulées dans le quartier populaire de Trénelle, fief historique d’Aimé Césaire où est implanté le siège du Parti progressiste martiniquais et où se trouve la place du 22 mai, date de l’abolition de l’esclavage.

A voir également

Barricades constituées de bouteilles de gaz à Notre Dame des Landes Gendarmes mobiles à Notre-Dame-des-Landes (Photo d’illustration Gendarmerie Nationale)

Notre-Dame-des-Landes: le point un an après l’opération

Le 9 avril 2018 restera une date historique pour la Gendarmerie Nationale. Ce jour là, en pleine nuit, elle lance une opération de maintien de l'ordre historique: l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !