jeudi 29 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Marins disparus : l’équipage du Neway entendu par la Gendarmerie maritime de Brest

Marins disparus : l’équipage du Neway entendu par la Gendarmerie maritime de Brest

L’équipage du bateau de pêche sur lequel se trouvaient les deux marins portés disparus après être tombés à la mer samedi au sud-ouest de la Grande-Bretagne était entendu lundi à Roscoff (Finistère) par les gendarmes chargés de l’enquête préliminaire, a-t-on appris auprès de la Gendarmerie maritime de Brest. “Les auditions des trois personnels qui rentrent, sur les cinq qui étaient à bord, sont en cours”, a indiqué la Gendarmerie maritime de Brest chargée par le parquet de Saint-Brieuc de l’enquête préliminaire pour “disparition inquiétante”.

Les trois marins du Neway, chalutier de 24 m immatriculé à Paimpol (Côtes d’Armor), étaient entendus dans une salle de la criée du port de Roscoff où le navire est arrivé en fin de matinée. L’armateur et les marins-pêcheurs du navire n’ont pas souhaité répondre aux questions des journalistes présents sur place. “Le premier s’est jeté à la mer et le deuxième a sûrement dû aller le chercher”, a cependant affirmé, sous couvert d’anonymat, un marin du Bélénos, navire de pêche qui s’est dérouté pour participer aux recherches. “Le bateau était en action de pêche, mais pas à la manœuvre, il n’y avait pas de raisons de tomber”, a-t-il ajouté, interrogé au port de Roscoff.

Une source proche du dossier a assuré de son côté que le patron du Neway avait évoqué le soir du drame l’hypothèse du suicide d’un des marins. “Ce n’est même pas forcément ça, donc pour l’instant, avant d’avoir entendu tout le monde, on préfère attendre”, a réagi le parquet de Saint-Brieuc.

Le Neway a lancé un appel de détresse vers 19H15 samedi pour signaler la chute à la mer de deux hommes, à 30 milles (55 km) au nord des îles Scilly. Les secours ont été coordonnés par les Britanniques du Maritime rescue coordination center (MRCC) de Falmouth, qui a dépêché sur place un hélicoptère et une vedette de sauvetage. Quatre navires de pêche français se sont joints au dispositif. Dans la nuit, les Britanniques ont interrompu les recherches. Les quatre bateaux français les ont poursuivies jusqu’au lendemain matin. Selon le MRCC, “les deux pêcheurs portaient des vestes huilées jaunes mais pas de gilet de sauvetage ou d’aide à la flottaison quand ils sont passés par-dessus bord”, équipements en principe obligatoires lors des opérations de pêche.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.