jeudi 29 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Manifestation pour Rémi Fraisse : 1000€ avec sursis pour avoir cadenassé une gendarmerie
Le tribunal correctionnel de Guéret a condamné jeudi à 1.000 euros d'amende avec sursis un homme qui avait cadenassé la porte de la brigade de gendarmerie d'Eymoutiers lors d'une manifestation en hommage à Rémi Fraisse.

Manifestation pour Rémi Fraisse : 1000€ avec sursis pour avoir cadenassé une gendarmerie

Le tribunal correctionnel de Guéret a condamné jeudi à 1.000 euros d’amende avec sursis un homme qui avait cadenassé la porte de la brigade de gendarmerie d’Eymoutiers  dans la Creuse en novembre 2014, lors d’un rassemblement en hommage au militant écologiste Rémi Fraisse, mort un mois plus tôt à Sivens (Tarn).

Poursuivi pour “entrave au mouvement de personnel ou matériel militaire en vue de nuire à la défense nationale” et “organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration”, le prévenu encourait une peine maximale de cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende.

A l’audience, le 4 septembre dernier, il avait expliqué à la barre “avoir agi sans trop savoir pourquoi”, “dans le cadre d’une action collective”. “C’était un acte symbolique, à aucun moment je n’ai eu l’impression de bloquer les gendarmes”, a-t-il assuré. Le ministère public avait souligné que c’était “le procès d’une intention”, non pas des faits. Et il avait requis contre cet habitant de Gentioux (Creuse) une simple amende de 1.000 euros avec sursis.

Le tribunal, qui avait mis son jugement en délibéré, a suivi ces réquisitions, tout en relaxant le prévenu du second chef de poursuites (“organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration”).

De son côté, la défense dénonçait “l’individualisation des poursuites pour une action collective” et demandait une peine “symbolique, comme l’action reprochée”.

Cinq gendarmeries au total avaient été cadenassées sur le plateau de Millevaches lors de manifestations à la mémoire de Rémi Fraisse, mort le 26 octobre 2014 dans l’explosion d’une grenade lancées par des gendarmes lors de heurts autour du barrage controversé de Sivens.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.