vendredi 19 juillet 2019
Accueil / Opérationnel / Manif anti-mariage gay : une personne poursuivie pour violence et rébellion

Manif anti-mariage gay : une personne poursuivie pour violence et rébellion

Une personne sera jugée prochainement pour des violences commises dimanche en marge de la manifestation contre le mariage gay, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Toute les gardes à vue ont pris fin et une personne est convoquée, à une date non précisée, devant le tribunal correctionnel de Paris pour “violences sans incapacité temporaire totale (ITT) sur personne dépositaire de l’autorité publique” et rébellion, a-t-on précisé.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avait annoncé lundi matin que six personnes avaient été placées en garde à vue dimanche soir après les incidents en marge de la manifestation. M. Valls a mis en cause des militants d’extrême droite qui ont lancé des boulons sur les forces de l’ordre, dont le comportement a été “maîtrisé et professionnel”.

Le ministre de l’Intérieur a ajouté qu’une trentaine de policiers et de gendarmes mobiles ont été “légèrement blessés”. “Il y avait une volonté de certains d’en découdre”, a assuré le ministre de l’Intérieur, “car des groupes ont essayé de forcer les barrages” tenus par les CRS et les gendarmes mobiles pour interdire aux manifestants l’accès des Champs-Élysées. “Nous aurions pu avoir des accidents beaucoup plus graves sans le sang-froid des forces de l’ordre”, a affirmé M. Valls, ajoutant qu’il n’y avait pas eu de tirs de grenades lacrymogènes sur les manifestants.

A voir également

Objets volés, retrouvés lors d'une perquisition menée par la gendarmerie de Saint-Junien (Photo : Groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Vienne).

La gendarmerie de Saint-Junien saisit divers objets volés et lance un appel à victimes

Lundi 13 mai 2019, les gendarmes de la compagnie de Saint-Junien (87) ont interpellé deux individus originaires de la Haute-Vienne. Lors de leur garde-à-vue, ces deux hommes âgés de 32 ans ont reconnu le vol de chutes de câbles en aluminium et de batteries, dérobés la veille, dimanche 12 mai, dans des sociétés implantées sur les communes de Saint-Junien et d'Oradour-sur-Vayres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *