lundi 30 novembre 2020
Accueil / L'actualité Guyane / Les mairies de Guyane fermées en signe de protestation contre l’insécurité
Gendarmes mobiles en 2015 dans l'Isère à Moirans ( Photo d'illustration D.C L'Essor)

Les mairies de Guyane fermées en signe de protestation contre l’insécurité

Un fleuve en Guyane

Un escadron de 72 gendarmes est arrivé lundi soir en Guyane. Il visera à renforcer la proximité entre zone police (Cayenne) et zone gendarmerie. L’objectif est d’endiguer la délinquance violente armée de type Amérique du Sud diurne et nocturne

Les mairies de Guyane ont été fermées au public mardi en signe de protestation contre “l’insécurité” dans ce territoire, a indiqué à l’AFP David Riché, maire de Roura (30 km de Cayenne) et président de l’Association des maires de Guyane.
“Je suis à la mairie d’Iracoubo (120 km de Cayenne) qui est fermée. C’est un mouvement suivi par toutes les mairies. En l’état, on ne m’a pas signalé de cas de mairie n’ayant pas suivi le mouvement. A Saint-Laurent du Maroni (frontière du Surinam), Saint-Georges (frontière du Brésil), Kourou, Cayenne notamment, c’est fermé”, a déclaré M. Riché à l’AFP.
“Les hôtels de ville sont fermés au public mais les agents des mairies travaillent. Les écoles restent ouvertes, les crèches également, les citoyens accusent suffisamment le coup”, a t-il ajouté.
La Collectivité Territoriale de Guyane et la Chambre de commerce ont aussi gardé portes closes par solidarité.
Revenant sur le meurtre le 8 novembre de Patrice Clet, cadre du parti Walwari de Christiane Taubira et ancien conseiller général, David Riché a indiqué: “C’est un mort de plus. Notre mouvement vise à montrer notre solidarité face à un problème qu’on n’arrive pas à résoudre.”
Depuis le début de l’année, 38 homicides ont été perpétrés en Guyane. Après le meurtre de Patrice Clet, un escadron de 72 gendarmes est arrivé lundi soir sur le territoire. Déployé “principalement sur Cayenne et environs, il visera à renforcer la proximité entre zone police (Cayenne) et zone gendarmerie. L’objectif est d’endiguer la délinquance violente armée de type Amérique du Sud diurne et nocturne”, indique-t-on à la gendarmerie.
Pour le maire de Roura, la venue de cet escadron “doit être replacée dans un contexte de départ de (32 gendarmes) mobiles (en septembre) pour la Guadeloupe suite à un meurtre là-bas, puis à la non-venue d’un escadron prévue en octobre”.
On a donc momentanément un escadron. Mais il faut non seulement s’occuper des poux mais des lentes, en prenant à bras le corps le développement économique, la lutte contre le chômage”, ajoute-t-il.
Selon lui, “aujourd’hui ouvrir un salon de coiffure ne va pas résoudre le problème, il faut des projets industriels. Et c’est l’État qui a les leviers. Le projet de mine d’or Columbus, on peut le critiquer mais ce sera 3.000 emplois pendant 10 ans…”, conclut M. Riché.
AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.