vendredi 25 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Lot-et-Garonne : sept militants de la Coordination rurale interpellés après des heurts avec la gendarmerie
Sept militants de la Coordination rurale, dont deux responsables départementaux, ont été interpellés mercredi matin à leur domicile à la suite d'une manifestation, le 10 octobre, qui avait dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Lot-et-Garonne : sept militants de la Coordination rurale interpellés après des heurts avec la gendarmerie

Sept militants de la Coordination rurale, dont deux responsables départementaux, ont été interpellés mercredi matin à leur domicile à la suite d’une manifestation, le 10 octobre, qui avait dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Parmi les personnes interpellées figurent le président de la Coordination Rurale du Lot-et-Garonne, Patrick Franken; et sa vice-présidente, Sylvie Girard, qui est aussi vice-présidente de la Chambre d’Agriculture. Les sept militants ont été placés en garde à vue dans un lieu tenu secret par la gendarmerie pour éviter tout rassemblement du syndicat agricole.

Vendredi 10 octobre, plusieurs dizaines de membres de la CR s’étaient réunis pour organiser une contre-manifestation sur le chantier du nouveau CFA agricole (Centre de formations des apprentis) de Sainte-Livrade-sur-Lot. Ils entendaient s’opposer à une vingtaine de militants écologistes regroupés sur place pour dénoncer la destruction de deux cèdres centenaires prévue dans le cadre de ce chantier.

La manifestation avait tourné en affrontements avec les gendarmes, faisant quatre blessés légers, dont deux gendarmes. Le 6 octobre, plus de 200 militants du syndicat agricole avaient bloqué la ville d’Agen avec des tracteurs pour protester contre la directive nitrate. Une journée d’action qui avait déjà dégénéré en heurts avec les CRS et provoqué des dégâts dont le coût est estimé à 217.000 euros. A la suite de cette manifestation, trois plaintes avaient été déposées contre la Coordination rurale, par la préfecture, la direction départementale des territoires et celle du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS).

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *