dimanche 17 février 2019
Accueil / Opérationnel / L’OCLCH arrête en région parisienne un suspect serbe inculpé de crimes de guerre en Bosnie

L’OCLCH arrête en région parisienne un suspect serbe inculpé de crimes de guerre en Bosnie

Un Serbe bosnien, soupçonné d’avoir pris part à l’assassinat d’une soixantaine de civils bosniaques musulmans il y a 26 ans et inculpé en Bosnie pour crimes de guerre, a été interpellé lundi en Seine-Saint-Denis.

Radomir Susnjar, 62 ans, a été arrêté à Saint-Denis à 14h30 par les gendarmes de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH). Il a été interpellé un quart d’heure après le rejet de son dernier recours contre son extradition devant le Conseil d’Etat. Le Parquet général a aussitôt demandé à l’OCLCH de procéder à l’arrestation de Radomir Susnjar.

Les autorités serbes disposent désormais de sept jours pour prendre en charge leur ressortissant.

Déjà interpellé en France en 2014 puis libéré sous contrôle judiciaire, Radomir Susnjar est accusé par la justice bosnienne d’avoir participé avec d’autres militaires ou paramilitaires serbes au massacre de 59 civils musulmans à Visegrad, en Bosnie orientale, le 14 juin 1992. Soixante-six personnes, dont des femmes, des enfants et des vieillards,avaient été enfermées au rez-de-chaussée d’une maison où des explosifs avaient été jetés. 59 personnes avaient péri. Plusieurs témoins ont directement mis en cause Radomir Susnjar.

La Bosnie a demandé son extradition à la France. Radomir Susnjar a multiplié les recours devant la justice française. Il assure n’avoir pas pris part à ce massacre et plaide une confusion avec un homme portant le même nom, Milan Susnjar.

Pour ce crime de guerre, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a déjà condamné en appel en décembre 2012 deux de ses cousins, Milan et Sredoje Lukic, membres du groupe paramilitaire serbe des “Aigles blancs”, respectivement punis de la prison à vie et de 27 ans de réclusion.

La guerre civile de Bosnie a fait 100.000 morts. Entre avril et juin 1992,les forces serbes de Bosnie ont tué à Visegrad et dans la région plus de 1.500 civils.

 

Écusson de l’OCLCH.

L’OCLCH est dirigé par le colonel de gendarmerie Eric Emeraux et compte 19 hommes et femmes (15 gendarmes et 4 policiers). C’est un service de police judiciaire à vocation interministérielle dont la mission est de traquer les génocidaires, bourreaux et autres tortionnaires à la demande de la section AC5 du Parquet et de la juridiction d’instruction du pôle spécialisé du tribunal de grande instance de Paris, compétents pour les crimes contre l’humanité, les crimes et les délits de guerre.

L’office gère actuellement plus de 70 dossiers, dont le quart concerne le Rwanda et les autres la Syrie, l’Irak, la Libye, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, la Bosnie ou le Kosovo

La devise de l’OCLCH est “Hora fugit, stat jus” (Le temps passe, le droit demeure).

PMG

A voir également

Un contrôle routier (Crédit photo:MG/L'Essor).

Lot-et-Garonne : 2 ans ferme pour un chauffard ayant traîné sur plusieurs mètres le gendarme qui le faisait “souffler”

Un gendarme du peloton motorisé d’Agen (Lot-et-Garonne) qui procédait au dépistage d’alcoolémie d’un automobiliste revient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement notre dernier dossier : « il y a 10 ans, le rattachement de la Gendarmerie au Ministère de l‘Interieur »

Vous n’êtes pas (encore) abonné à notre magazine « L’Essor de la Gendarmerie Nationale », je vous propose de recevoir, gratuitement, notre dossier du mois de janvier, en tiré à part.


Il vous suffit pour cela de nous retourner, en un clic, le simple bulletin ci-dessous :