mercredi 20 mars 2019
Accueil / Opérationnel / Les débuts prometteurs de Perceval contre les infractions bancaires
Photo d'illustration (S.D L'Essor).

Les débuts prometteurs de Perceval contre les infractions bancaires

La nouvelle arme des gendarmes contre les infractions bancaires, Perceval, a réussi ses premiers pas. Mise en service au début du mois de juin, la “Plateforme électronique de recueil des coordonnées bancaires et de leurs conditions d’emploi rapportées par les victimes d’achat frauduleux en ligne” s’impose auprès des victimes. Le ministère de l’Intérieur vient de présenter, ce mardi 28 août, un premier bilan d’étape après trois mois d’activité.

Lire aussi sur L’Essor : Perceval, la nouvelle arme des gendarmes contre les infractions bancaires

Le colonel Cyril Piat (Crédit photo: GT/L'Essor).
Le colonel Cyril Piat (Crédit photo: GT/L’Essor).

Ces dernières semaines, la plateforme a enregistré environ 270 signalements par jour en moyenne. “Nous n’avons pas tout à fait atteint notre régime de croisière”, souligne le colonel Cyril Piat, adjoint au chef du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), mais, ajoute-t-il, le nombre de signalements “démontre la pertinence de l’outil”. Ce téléservice commun à la Gendarmerie et à la Police a été développé par le service central du renseignement criminel de la Gendarmerie avec le service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure.

Un phénomène en explosion

Le ministère de l’Intérieur espère, avec cette nouvelle plate-forme, endiguer le nombre de fraudes à la carte bancaire, un phénomène criminel en explosion estimé à environ 250 millions d’euros par an. Si en 2010, environ 294.000 ménages s’étaient déclarés victimes de débits frauduleux “cyber”, en 2016 ils étaient près de 831.000, selon l’enquête 2017 Cadre de vie et sécurité ! Soit, en moyenne, plus de 2.270 ménages victimes par jour. Ce chiffre impressionnant montre aux gendarmes le chemin qu’il reste encore à parcourir.

 

En tout, Perceval a enregistré près de 18.000 signalements correspondant à plus de 42.000 usages frauduleux et représentant un préjudice de plus de 5,5 millions d’euros. Et dix-sept enquêtes judiciaires ont été ouvertes suite aux signalements transmis.  L’objectif de la plateforme est d’arriver à identifier et à contrer les escroqueries sérielles, ces fraudes portant sur quelques dizaines d’euros, qui, mises bout à bout, peuvent représenter des montants spectaculaires. Mais les gendarmes de Perceval ont déjà une nouvelle cible dans leur viseur.

En trois mois, ils ont, à leur surprise, enregistré plus 350 faits liés à des préjudices élevés, supérieurs à 2.500 euros. Des fraudes très importantes commises le plus souvent sur des plateformes d’hébergement qui viennent d’être sensibilisées à cet inquiétant phénomène par les militaires.

Gabriel Thierry

A voir également

A l’occasion des 50 ans de Saint-Astier, le ministre annonce un nouveau schéma national de maintien de l’ordre

A l’occasion des 50 ans du centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *