lundi 14 octobre 2019
Accueil / Opérationnel / Meurtre de Mireille Knoll : la PJ parisienne envoie bouler la Gendarmerie, co-saisie de l’enquête

Meurtre de Mireille Knoll : la PJ parisienne envoie bouler la Gendarmerie, co-saisie de l’enquête

La traditionnelle rivalité Police-Gendarmerie vient de connaître un nouvel épisode avec en toile de fond l’enquête sur le meurtre à Paris il y  a trois mois  de Mireille Knoll, 85 ans, poignardée, puis brûlée.
Dans les 48 heures qui ont suivi, deux jeunes hommes ont été interpellés puis mis en examen et écroués pour ce meurtre à caractère antisémite.

Le 3 avril, les juges d’instruction demandent à l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH) d’enquêter aux côtés des policiers du 2e district de police judiciaire qui avaient entamé l’enquête le 23 mars. Ils chargent l’OCLCH – composé de 15 gendarmes et de 14 policiers, dirigés par le colonel de gendarmerie Eric Emeraux – de “confirmer ou d’infirmer le caractère antisémite du crime”, selon Le Parisien qui révèle cette affaire ce vendredi.

Mais les enquêteurs de l’OCLCH, office chargé de traquer non seulement  les auteurs de génocides et de crimes de guerre mais aussi les semeurs de haine contre une religion, une ethnie et même contre l’orientation sexuelle, se voient claquer la porte au nez par les policiers à plusieurs reprises.
De guerre lasse, les juges décident de dessaisir les gendarmes trois semaines plus tard, le 24 avril.
Le général Richard Lizurey, patron des gendarmes, a fait part de sa désapprobation dans une lettre aux magistrats, datée du 17 mai. Il a dit ce vendredi à L’Essor avoir reçu une lettre des magistrats instructeurs lui expliquant que les policiers ne voulaient pas travailler avec les gendarmes sur cette affaire.

“Je regrette cette décision, a-t-il ajouté, d’autant plus que nous travaillons plutôt bien habituellement avec la police judiciaire parisienne”.

Écusson de l’OCLCH.

PMG

A voir également

Velizy-Villacoublay, le 10 juin 2015, un hélicoptère Ecureuil de la Gendarmerie posé devant le bâtiment du commandement des forces aériennes de la Gendarmerie, sur la base aérienne 107. Photo: M. GUYOT/ESSOR

Haute-Garonne : il aveugle l’équipage d’un hélicoptère de la Gendarmerie

Un homme a mis en danger à Frouzin (Haute-Garonne)  l'équipage d'un hélicoptère de la Gendarmerie avec une lampe torche très puissante. Il est convoqué au tribunal correctionnel de Toulouse le 19 octobre.

4 Commentaires

  1. Loulou

    Toujours la même catastrophe depuis des décennies: la mainmise des syndicats sur la chaine hiérarchique policière et le silence complice des magistrats affiliés aux mêmes syndicats.
    Le politique prime sur l’ efficacité des services enquêteurs.

    • aramis

      Vos ^propos sont ridicules et indigents. Les syndicats n’ont rien a voir la dedans. propos anti-flics de comptoir

      • Michel

        et les antis gendarmes du comptoir d en face ? c est quoi ? une maniere de pratiquer depuis des dizaines d années !!!! on est les plus beaux on est les plus forts est leur devise depuis qu ils existent alors avec les syndicats n en parlons pas !!!!

  2. cat

    la main-mise syndicale peut fournir une explication qui me paraît néanmoins insuffisante pour justifier un tel comportement et surtout une obéissance quasi posée de la hiérarchie policière alors même que l’OCLCH est tout à fait efficient pour mener de concert l’enquête dont il s’agit .. et donc la question reste pour moi absolument entière = pourquoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *