mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Le meurtrier présumé de Roye « avait 2,28 grammes d’alcool/litre de sang »
Mercredi 26 août, au lendemain de la fusillade survenue mardi après-midi à Roy (Somme), le procureur de la République d’Amiens, Bernard Farret, a fait le point sur l’enquête.

Le meurtrier présumé de Roye « avait 2,28 grammes d’alcool/litre de sang »

Mercredi 26 août, au lendemain de la fusillade survenue mardi après-midi à Roye (Somme), le procureur de la République d’Amiens, Bernard Farret, a fait le point sur l’enquête.

Voici ses propos lors de la conférence de presse :

« Sur l’auteur des faits, il est effectivement âgé de  73 ans. Il a pu être  placé en garde à vue ce matin à 10h et, dans un premier temps,  a refusé de s’expliquer sur les faits. 

Il n’a pas d’antécédents judiciaires. Contrairement à ce qui a été dit à un moment donné, ce n’est pas, semble-t-il, un ancien forain et il avait 2,28grammes d’alcool par litre de  sang au moment des faits. 

Il vivait en caravane au contact des gens du voyage mais ne faisait pas partie, à proprement parler, de la communauté des gens du voyage.

Voilà les derniers éléments que je peux vous donner sur cette procédure qui est toujours en cours.

Tout a commencé par les coups de feu sur la caravane, dans la caravane et autour de la caravane, sur la mère, sur les deux enfants et sur le grand-père, étant précisé que,  semble-t-il, le grand-père était non pas à l’extérieur de la caravane, mais à proximité de la caravane.

Dans un deuxième temps, l’auteur présumé des faits s’est dirigé sur le bloc sanitaire et,  là, a fait feu à 14 reprises sur la porte. Ensuite il s’est dirigé vers son véhicule et sa caravane et il y a mis le feu.

Ensuite, dernier temps, il s’est dirigé vers la sortie de l’aire d’accueil et il a fait feu en direction des gendarmes, en blessant deux gendarmes dont l’un est décédé des suites de ses blessures.

Et c’est à ce moment là que les trois gendarmes ont riposté, ce qui a permis de neutraliser l’individu.

Au total on peut évaluer le nombre de tirs de l’individu à environ 30 tirs au total.  

Le seul élément que je peux dire, c’est que, semble-t-il, il y a un an, il y a eu un différent avec des propos échangés entre la famille et lui, qui a donné lieu à intervention de la Gendarmerie, mais aucune procédure n’a été établie. »

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.