mardi 27 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Le GIGN en deuil : cérémonie en hommage au gendarme Cédric Zéwé à Satory
Un gendarme du GIGN lors d'une démonstration au camp de Beynes (Photo M. Guyot/Essor).

Le GIGN en deuil : cérémonie en hommage au gendarme Cédric Zéwé à Satory

Le gendarme Cédric Zéwé, 28 ans, a perdu la vie le 7 novembre dernier en mer méditerranée lors d’un exercice d’abordage organisé par le GIGN et la Marine nationale. Le militaire, qui avait intégré le GIGN en janvier 2012, était transmetteur à l’état major opérationnel du Groupe. La cérémonie en son hommage s’est déroulée 13 novembre à 15 heures à la caserne Pasquier de Satory.

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls était présent ainsi que le général Denis Favier, directeur général de la Gendarmerie et ancien patron du GIGN. Une délégation de l’escadron 42/2 de Guéret (Creuse) auquel il appartenait avant d’intégrer le GIGN y participait également.

Le corps sans vie du gendarme du GIGN, tombé et disparu en mer au large de Giens dans le Var, avait été retrouvé dans la nuit de vendredi à samedi grâce aux moyens d’investigations sous-marins mis en œuvre par l’équipe spécialisée de la Force d’action navale. Quelque 280 militaires avaient participé aux recherches pour retrouver le gendarme, juste après l’accident.

Le militaire de 28 ans, était à bord d’une embarcation pneumatique lorsqu’il a entrepris, en compagnie d’autres militaires, de monter à bord du “Tonnerre”, bâtiment de projection et de commandement, au cours d’un exercice d’abordage de bateau en mer. Le gendarme, qui grimpait à l’aide d’une échelle, est tombé alors que le navire se trouvait à 11 kilomètres au large de Giens. Une procédure judiciaire a été ouverte sous l’autorité du procureur de la République à Marseille, chargé des affaires militaires.

Depuis la création du GIGN en 1973 et après la restructuration de 2007 qui a rassemblé sous cette unité le GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) et l’EPIGN (Escadron parachutiste d’intervention de la Gendarmerie nationale), 16 gendarmes sont morts à l’entraînement et deux en opérations.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.