mercredi 11 décembre 2019
Accueil / Opérationnel / Le drôle d’engin de déblaiement des gendarmes mobiles
Egame, l'engin de déblaiement blindé de la gendarmerie mobile au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie à Saint-Astier (PH : Unac)
Egame, l'engin de déblaiement blindé de la gendarmerie mobile au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie à Saint-Astier (PH : Unac)

Le drôle d’engin de déblaiement des gendarmes mobiles

Les rares Parisiens, présents lors des incidents place Saint-Augustin et les téléspectateurs de BFMTV l’ont découvert samedi en début de soirée. C’est un engin de déblaiement de la gendarmerie mobile semblant tout droit sorti d’une BD de Tintin.

Il ressemble – la couleur en moins – à cette automitrailleuse blindée japonaise qui file sur une route asiatique dans l’album de Hergé, “Le lotus bleu”.

Renseignement pris, le bouteur (bulldozer) bleu de la gendarmerie est un Egame (Engin du Génie d’AMEnagement), utilisé pour ouvrir un passage sur une route obstruée par un arbre ou, en milieu urbain, sur une chaussée fermée par une barricade.
D’un poids de 14 tonnes, il peut atteindre 60 km/h. La cabine de l’engin, qui peut être équipé d’une lame, d’un treuil ou d’une étrave à neige, est protégée par un blindage balistique. L’armée de terre en possède 35 exemplaires. Coût : 400.000 euros. L’Egame est fabriqué par Unac, une entreprise de Vergèze (Gard).

L’unique Egame de la Gendarmerie est affecté au Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) de Satory où il est arrivé il y a cinq ans. Il a déjà été utilisé à Notre-Dame-des-Landes et à Calais.

PMG

A voir également

Un vaste réseau de trafic de stupéfiants démantelé dans la Manche (Photo d'illustration : douanes françaises)

Un trafic de stupéfiants démantelé par les gendarmes de la Manche

Le 2 décembre, une opération judiciaire menée par les gendarmes de la Manche a visé des personnes soupçonnées d'avoir pris part à un trafic de stupéfiants 

Un commentaire

  1. Oiry ETIENNE

    Audition du ministre de l’intérieur ce jour par la commission des lois du Sénat. J’espère que les gendarmes qui ont écoute le ministre de l’intérieur ce jour ont apprécié ses propos concernant le paiement des heures supplémentaires et de la prime pour les manifestations des gilets jaunes . Le ministre a déclaré entre autre que des policiers ont tellement d’heures supplémentaires à récupérer que certains sont obligés de partir en retraite 7 ans plutôt (sous entendu l’âge légal). Sauf erreur de ma part (ou alors je ne suis pas l’actualité,étant retraite de l’arme depuis 2004).les gendarmes sont toujours corvéables 24h/24 et n’ont pas droits au paiement des heures supplémentaires. Par contre la prime à toujours existé. Bon courage à tous les actifs et réservistes dans ces moments difficiles. Je pense souvent à eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *