jeudi 21 mars 2019
Accueil / Opérationnel / La Réunion : un gendarme mobile blessé par un tir de carabine
Un gendarme mobile a été blessé par un tir de carabine à Saint-Denis de la Réunion, dans la nuit du mardi 10 mars, au cours de laquelle des affrontements ont opposé forces de l'ordre et casseurs en plusieurs endroits de l'île.

La Réunion : un gendarme mobile blessé par un tir de carabine

Un gendarme mobile a été blessé par un tir de carabine à Saint-Denis de la Réunion, dans la nuit du mardi 10 mars, au cours de laquelle des affrontements ont opposé forces de l’ordre et casseurs en plusieurs endroits de l’île.

Le gendarme mobile patrouillait dans le quartier populaire du Chaudron à Saint-Denis, près d’une grande surface, lorsqu’il a été atteint par un tir de carabine. Blessé à la hanche et au bras, il a été hospitalisé, a indiqué la préfecture. Une opération a été immédiatement lancée pour retrouver l’auteur du tir après que les forces de l’ordre eurent sécurisé le quartier d’où est parti le coup de feu. Le calme était revenu mercredi matin dans le quartier où les commerces étaient ouverts et les habitants vaquaient normalement à leurs occupations.

Après la deuxième journée de grève du collectif contre la vie chère, la nuit de mardi à mercredi a été marquée par des affrontements entre forces de l’ordre et casseurs à Saint-Denis et au Port (ouest de l’île, à 15 km de Saint-Denis). Le Chaudron, situé à la périphérie de Saint-Denis, avait été dans la journée de mardi le théâtre de saccages et d’affrontements entre gendarmes mobiles et des casseurs qui avaient commencé à piller une grande surface. L’intervention rapide des forces de l’ordre avait permis de sécuriser le magasin.

Selon le dernier bilan de la préfecture mercredi, 20 membres des forces de l’ordre ont été blessés et 22 personnes interpellées depuis le début des violences qui ont fait suite à une manifestation du collectif Cospar, mardi.

Le Collectif a lancé un appel au calme et doit reprendre les négociations sur les prix et les salaires mercredi à la préfecture.

A voir également

Traitement des prélèvements ADN à l'IRCGN (Photo d'illustration - MG/ESSOR)

Un prédateur sexuel confondu 13 ans après les faits grâce aux constatations des “experts” de la Gendarmerie

Grâce à des traces biologiques soigneusement prélevées et enregistrées dans le fichier national automatisé des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *