jeudi 1 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / La Gendarmerie se mobilise contre le décrochage des portraits d’Emmanuel Macron
Emmanuel Macron, devant les préfets, le 5 septembre 2017.
Emmanuel Macron, devant les préfets, le 5 septembre 2017.

La Gendarmerie se mobilise contre le décrochage des portraits d’Emmanuel Macron

Pour ces militants, ce sont des “réquisitions“. Pour la Gendarmerie, ce sont avant tout des vols. L’Institution se mobilise contre les décrochages, dans les mairies, des portraits du président de la République, Emmanuel Macron. Une directive, dévoilée sur internet dans un tweet depuis supprimé et écrit par l’ancien conseiller régional (Front national puis MNR) Jean-Yves Le Gallou, précise l’ordre de bataille des gendarmes.

Depuis février

Les brigades territoriales sont ainsi invitées à s’assurer de l’ouverture systématique d’une procédure judiciaire pour vol aggravé en réunion. De même, les gendarmes, assistés de la sous-direction de la police judiciaire et du bureau de lutte anti-terroriste, sont invités à recueillir les plaintes des maires ou celles des préfets. Les décrochages des portraits d’Emmanuel Macron ont débuté à la mi-février, à l’appel d’une association ANV (Action non-violente)-Cop21.

Quatre portraits, dans les mairies de Paris (Ve), Lyon (IIème), Ustartiz et Biarritz avaient été emportés par ces militants écologistes, qui veulent dénoncer “l’inaction du président face à l’urgence climatique et sociale“. Depuis, 26 portraits présidentiels ont été subtilisés dans les mairies, selon le décompte de l’association. La réponse judiciaire ne s’est pas fait attendre. Selon le décompte de l’ANV-Cop21, 21 militants ont été placés en garde à vue et douze perquisitions ont eu lieu. Trois procès sont déjà programmés, à Strasbourg, le 26 juin, à Lyon le 2 septembre et à Paris le 11 septembre.

G.T.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *