samedi 31 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Jura: le gendarme gravement blessé est hors de danger
Le gendarme "a repris conscience dimanche en fin d'après-midi et s'explique avec lucidité sur les faits", selon l'officier de communication de Franche-Comté, "mais il aura de graves séquelles au niveau de la main et de l'épaule". Le maréchal des logis chef, âgé de 45 ans et père de deux enfants, a été blessé d'une balle à l'humérus, à l'omoplate et à une main, où il a été amputé d'une phalange.

Jura: le gendarme gravement blessé est hors de danger

Le gendarme grièvement blessé par balles samedi lors d’une intervention près de Dole (Jura) a repris conscience et ses jours ne sont plus en danger d’après les médecins, alors que le pronostic vital du forcené est toujours engagé, a-t-on appris lundi auprès de la Gendarmerie.

Appelés pour un différend familial dans la petite commune de Champvans (Jura), le militaire et un de ses collègues ont été blessés samedi soir pendant un échange nourri de coups de feu avec un forcené, lui aussi sérieusement touché.

Le gendarme “est tiré d’affaire et il va bien, c’est un battant. Il a repris conscience dimanche en fin d’après-midi et s’explique avec lucidité sur les faits”, a indiqué à l’AFP l’officier de communication de la Gendarmerie de Franche-Comté, Didier Guériaud.

“Mais il aura de graves séquelles au niveau de la main et de l’épaule, la chirurgie fera de son mieux pour lui rendre ses capacités physiques, sans pouvoir tout réparer”, a-t-il ajouté. Le maréchal des logis chef, âgé de 45 ans et père de deux enfants, a été blessé d’une balle à l’humérus, à l’omoplate et à une main, où il a été amputé d’une phalange.

Le deuxième gendarme blessé, un adjudant chef de 47 ans, a été touché à l’avant-bras par des plombs. Il est sorti de l’hôpital dimanche. Le troisième membre de la patrouille de gendarmerie n’a pas été touché.

Le pronostic vital du forcené, qui avait tiré sur les gendarmes avec un fusil de chasse, est “toujours engagé avec une évolution incertaine”, a précisé l’officier. D’après une source proche du dossier, le forcené, un ancien policier de 61 ans, a été touché par une dizaine de balles.

Les enquêteurs ont refusé de confirmer cette information. “L’enquête a bien établi que le forcené attendait les gendarmes chez lui pour leur tirer dessus”, a souligné Didier Guériaud. L’homme s’est retranché plusieurs heures à son domicile, avant de se rendre vers 3H00 dimanche matin.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.