dimanche 25 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Jura : deux gendarmes blessés, dont l’un gravement, par un forcené
Les militaires, qui intervenaient près de Dôle dans le cadre d'un simple différend familial, ont été accueilli par des tirs de fusil de chasse. L'auteur des coups de feu, lui aussi grièvement blessé, a fini par se rendre juste avant un assaut du GIGN

Jura : deux gendarmes blessés, dont l’un gravement, par un forcené

Deux gendarmes ont été blessés par balles, dont l’un grièvement, lors d’une intervention samedi soir près de Dole (Jura) dans le cadre d’un simple différend familial, au cours de laquelle l’auteur des coups de feu a été lui aussi grièvement blessé.

Le forcené, un ancien policier, a ouvert le feu sur trois gendarmes qui intervenaient à son domicile, après un appel de sa femme. Réfugiée chez ses voisins après une dispute, elle avait signalé que son mari était retranché chez lui et peut-être armé, selon le récit de la Gendarmerie.

Les gendarmes de la communauté de brigade de Dole visés par les coups de feu ont riposté avant de sortir de la maison. Le forcené y est resté retranché pendant plusieurs heures, avant de finalement se rendre vers 3H00 dimanche matin.

“L’un des deux gendarmes blessés est en train d’être opéré: son pronostic vital est encore engagé, même si son état évolue positivement”, a indiqué en milieu de matinée à l’AFP le capitaine Didier Guériaud, officier de communication pour la Gendarmerie de Franche-Comté.

Le militaire, marié et père de deux enfants, a été touché à l’épaule et au bras. L’un de ses deux collègues a été lui touché à l’avant-bras. Les faits se sont déroulés dans un quartier pavillonnaire de Champvans, petite commune proche de Dole.

“Quand les gendarmes sont entrés dans la maison, l’individu a ouvert le feu avec un fusil de chasse et les gendarmes ont semble-t-il riposté. Il y a eu un échange d’assez nombreux coups de feu”, a indiqué M. Guériaud.

Des secours et des renforts, dont des hommes du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), sont ensuite arrivés sur place après avoir été alertés par les gendarmes en intervention.

Le forcené, un ancien policier à la retraite connu par les forces de l’ordre pour des différends avec son voisinage, a fini par se rendre. Alors que le GIGN préparait son intervention, “l’individu a pris lui-même contact avec la gendarmerie, affirmant qu’il était blessé et voulait se rendre”, a indiqué M. Guériaud, ajoutant qu’il avait été maîtrisé sans difficulté à 3H15 dimanche matin.

L’homme a été “grièvement blessé à l’abdomen et aux membres inférieurs, sans que l’on puisse déterminer pour l’instant si ce sont des tirs des gendarmes ou de lui-même” qui ont provoqué ces blessures. Il a été évacué par hélicoptère vers l’hôpital de Besançon et “son pronostic vital semble aussi engagé”, a précisé l’officier de communication.

L’enquête, sous la direction du parquet de Lons-le-Saunier, a été confiée à la section de recherche de la Gendarmerie de Besançon. La procureure de la République de Lons-le-Saunier, Virginie Deneux n’a pas souhaité dimanche à la mi-journée donner de détails sur les circonstances des faits, précisant que les “investigations sont encore en cours”. Une enquête pour “tentative d’assassinat sur militaires de la gendarmerie dans l’exercice de leurs fonctions” a été ouverte, a-t-elle indiqué à l’AFP.

Par Cédric Simon (AFP)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.