L'Essor

Info L’Essor: les gendarmes de la Garde républicaine appelés en renfort de la nouvelle task-force motorisée

Les gendarmes de la Garde républicaine constitués en unité rapide, ce samedi 20 avril (Crédit photo:GT/L'Essor).

Les gendarmes de la Garde républicaine constitués en unité rapide, ce samedi 20 avril (Crédit photo:GT/L'Essor).

INFO L’ESSOR – La préfecture de police embarque les gendarmes dans ses nouvelles brigades motorisées. Ce samedi 20 avril, pour l’acte 23 des Gilets jaunes, des militaires de la Garde républicaine étaient aussi à pied d’œuvre pour les opérations de maintien de l’ordre. Mais à moto: une première, selon nos informations.

Selon notre décompte, 18 gendarmes motocyclistes stationnaient ainsi dans l’après-midi près de la place de la République. 16 d’entre eux convoyaient des militaires spécialisés dans le maintien de l’ordre. Tous seraient des gendarmes du premier régiment d’infanterie de la Garde républicaine, issus des rangs des motocyclistes ou du peloton d’intervention. A l’image, les militaires sont protégés par un casque de moto et les passagers des pilotes par un bouclier.

Des brigades motorisées face aux Gilets jaunes

Après les violences commises lors de manifestations des Gilets jaunes, l’exécutif appelle au secours un nouveau préfet, Didier Lallement. Nommé le 21 mars, le nouveau préfet de police de Paris, chargé par l’exécutif de muscler la réponse policière, ne traîne pas. Il met en place une nouvelle unité, les brigades de répression de l’action violente (Brav) motorisées.

Des manifestants, ce samedi 20 avril lors de l’acte 23 des Gilets jaunes (Crédit photo: GT/ L’Essor).

Pour ce préfet, les deux-roues sont la solution pour que les policiers puissent intervenir rapidement en cas de besoin. “Optiquement, cette brigade ressemble comme une soeur jumelle à celle des ‘voltigeurs’, dissoute en 1986, dont les membres ont été mis en cause dans la mort de Malik Oussekine“, s’était inquiétée la sénatrice Marie-Pierre-de-la-Gontrie.

Lire aussi sur L’Essor: Maintien de l’ordre: ce qui va changer à Paris

Comme les anciens pelotons de voltigeurs motoportés (PVM), mis en place par la police parisienne un an après Mai 68, la nouvelle brigade fonctionne sur le principe du binôme. Un pilote est chargé de transporter un policier chargé lui du maintien de l’ordre. Mais, “alors que les voltigeurs agissaient depuis les engins motorisés, les motos que nous utilisons ne servent qu’à transporter nos agents. J’ai rédigé des notes de doctrine qui l’expliquent simplement”, assurait le préfet de police au début du mois d’avril.

Samedi dernier, les gendarmes motocyclistes de la Garde républicaine n’étaient pas seuls face aux Gilets jaunes les plus virulents. En appui, seize gendarmes du peloton d’intervention suivaient les motards dans les camions bleus de la Gendarmerie. Selon les chiffres transmis à L’Essor, ils intervenaient aux côtés des 140 policiers des brigades de répression de l’action violente. Soit au total une task-force d’action rapide de 172 policiers et gendarmes.

Gabriel Thierry