samedi 31 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Douze gardes à vue après un braquage : cent-soixante gendarmes mobilisés près de Nice
Un gendarme du GIGN lors d'une démonstration au camp de Beynes (Photo M. Guyot/Essor).

Douze gardes à vue après un braquage : cent-soixante gendarmes mobilisés près de Nice

Douze personnes, dont neuf ont été interpellées dans la matinée dans trois communes des Alpes-Maritimes, ont été placées en garde à vue lundi pour leur possible implication dans le braquage d’un supermarché en mars, a-t-on appris auprès des gendarmes. Quelque 160 gendarmes (dont le GIGN, le peloton d’intervention interrégional d’Orange et des gendarmes mobiles) ont été mobilisés pour procéder à ces interpellations à Cannes-La Bocca, Antibes et Villeneuve-Loubet.

C’est dans cette commune proche de Nice qu’avait eu lieu l’attaque à main armée d’un supermarché le 30 mars au soir, alors que le magasin était bondé. Les deux braqueurs s’étaient fait remettre le contenu de plusieurs caisses. Pris en chasse par les gendarmes, ils étaient parvenus à s’enfuir à bord d’un scooter de forte cylindrée. Le montant du butin avoisinait les 14.000 euros, a précisé  le procureur de la République à Grasse, Georges Gutierrez.

L’un des deux braqueurs, âgé de 55 ans, avait été arrêté en août chez lui à Mouans-Sartoux, près de Grasse. Cet homme fiché au grand banditisme avait déjà huit condamnations à son actif . Il avait été grièvement blessé lors de son interpellation par le GIGN. Le co-auteur du braquage a été arrêté lundi à l’aube, ainsi que huit autres personnes “qui auraient pu aider les malfaiteurs avant ou après le braquage”, a indiqué  le colonel Gaël Marchand, commandant du groupement de gendarmerie des Alpes-Maritimes. Des perquisitions, toujours en cours, “ont permis de retrouver certains éléments liant ces personnes au braquage”, a-t-il précisé.

Trois autres personnes ont été extraites de leur lieu de détention pour être également placées en garde à vue dans le cadre de cette affaire. En outre, huit personnes étaient également auditionnées lundi comme témoins, selon le colonel Marchand.

L’enquête, menée par la brigade de recherche de Cannes, est dirigée par un juge d’instruction de Grasse.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.