samedi 31 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Homicide de Saint-Nazaire : le gendarme peut-être à l’origine des tirs
Le gendarme adjoint volontaire de 20 ans, découvert mort jeudi dans un appartement du centre-ville de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), pourrait être à l'origine des tirs qui ont grièvement blessé son ancienne petite amie avant de se suicider.

Homicide de Saint-Nazaire : le gendarme peut-être à l’origine des tirs

Le gendarme adjoint volontaire de 20 ans, découvert mort jeudi dans un appartement du centre-ville de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), pourrait être à l’origine des tirs qui ont grièvement blessé son ancienne petite amie avant de se suicider, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Selon les résultats de l’autopsie, pratiquée vendredi, le jeune homme est mort “d’un seul tir par arme à feu, tiré au front à bout touchant”, a indiqué Fabienne Bonnet, procureur de la République de Saint-Nazaire. La jeune femme, son ex-petite amie avec laquelle il venait de rompre, a été “victime de deux tirs par arme à feu, au niveau du visage”, d’après l’examen réalisé par un médecin légiste au CHU de Nantes, où elle est hospitalisée avec un pronostic vital “réservé”, a ajouté la magistrate.

Peu avant les faits, jeudi vers 13H30, le gendarme adjoint volontaire, affecté à la compagnie de La Roche-sur-Yon, “a envoyé un SMS à son meilleur ami pour lui dire qu’il était désolé de ce qu’il s’apprête à faire. Au même moment, la jeune femme a appelé son père, vivant dans le Maine-et-Loire, pour lui dire qu’elle se sentait menacée”, a détaillé Mme Bonnet.

Le père a ensuite prévenu les policiers. Arrivés au domicile de la jeune femme quelques instants plus tard, ils y ont trouvé le corps de l’homme, ainsi que son arme de service. Le gendarme, en permission depuis le 6 septembre, et la jeune femme avaient mis un terme à leur relation amoureuse, entamée en juin, le week-end précédant les faits, selon le procureur.

Ne devant reprendre son affectation que le 21 septembre, il avait laissé son arme de service à la compagnie de gendarmerie, où il a été aperçu mardi soir.

A ce stade des investigations, menées par le commissariat de Saint-Nazaire, “l’hypothèse envisagée est qu’il se serait rendu chez la jeune femme, lui aurait tiré dessus et se serait suicidé ensuite”, a déclaré Mme Bonnet. “Aucune autre hypothèse n’est à exclure, à part a priori celle de l’intervention d’un tiers”, a-t-elle dit.

L’audition de la jeune femme, d’ici “quelques jours ou quelques semaines”, ainsi que les résultats des analyses et des expertises doivent permettre d’éclaircir les circonstances du drame et savoir “qui a eu l’arme en sa possession”, a ajouté la magistrate.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.