vendredi 4 décembre 2020
Accueil / Opérationnel / Homicide dans le Gard : la Gendarmerie lance un appel à témoins
Les gendarmes de la Section de recherches du Gard ont lancé mardi à Nîmes un appel à témoins après la découverte le 15 mars d'un cadavre calciné dans une voiture, une Renault Kangoo verte, également brûlée, près de Fournès dans le Gard.

Homicide dans le Gard : la Gendarmerie lance un appel à témoins

Les gendarmes de la Section de recherches  du Gard ont lancé mardi à Nîmes un appel à témoins après la découverte le 15 mars d’un cadavre calciné dans une voiture, une Renault Kangoo verte, également brûlée, près de Fournès dans le Gard.

“Nous sommes à la recherche de témoignages de personnes ayant aperçu un incendie, notamment des automobilistes circulant dans le sens Nîmes – Avignon sur l’autoroute A9, ou de témoins ayant entendu une détonation, des coups de feu, entre le jeudi 13 et le samedi 15 mars”, a expliqué le lieutenant-colonel Olivier Brisset.

Dans la matinée du samedi 15 mars, un pêcheur avait fait la macabre découverte, à l’arrière du véhicule calciné dans une zone marécageuse à quelques mètres du Gardon. “L’autopsie a déterminé que la victime, un jeune homme de 23 ans, est décédée des suites d’un ou plusieurs tirs par arme à feu, probablement un fusil de chasse avec balles de plomb.

Disparu depuis le 13 mars

Un impact de balle a également été découvert sur la portière côté conducteur, mais ce tir n’a pas été pénétrant”, a indiqué Laure Beccuau, procureure de la République à Nîmes. L’homme n’est pas défavorablement connu des services de police et “son profil, son train de vie, ainsi que l’arme utilisée, ne laissent pas penser à une affaire liée à un trafic de stupéfiants”, a précisé le lieutenant-colonel Brisset.

La victime avait quitté le domicile de ses parents le jeudi 13 mars aux alentours de 21H00, sans donner d’indication concernant cette sortie. “Les parents ont ensuite signalé sa disparition le dimanche 16 mars”, a précisé la procureure de la République, expliquant que ce sont les analyses ADN et la signalisation d’une disparation qui ont permis l’identification.

Les enquêteurs essayent aujourd’hui d’établir précisément l’emploi du temps précis du jeune homme. “Nous cherchons maintenant à savoir quand les faits se sont exactement produits, d’où l’appel à témoins”, a précisé le lieutenant-colonel Olivier Brisset.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.