mercredi 2 décembre 2020
Accueil / L'actualité Occitanie / Heurts entre opposants à la loi El Khomri à Toulouse : un gendarme mobile blessé
Trois protestataires ont été interpellés à Toulouse à l'issue de heurts entre opposants à la loi travail et forces de l'ordre. Un gendarme mobile a été blessé au bras par un éclat de verre.

Heurts entre opposants à la loi El Khomri à Toulouse : un gendarme mobile blessé

Trois protestataires ont été interpellés lundi soir et mardi à Toulouse à l’issue de heurts entre opposants à la loi travail et forces de l’ordre, a-t-on appris de source policière.

Le premier, un homme de 33 ans, a été placé en garde à vue lundi soir dans un McDonald de Toulouse qu’une centaine de militants de Nuit debout avaient envahi à la fin de la manifestation contre la loi El Khomri, débattue à l’Assemblée nationale. Les deux autres l’ont été mardi matin après avoir passé la nuit sur un échafaudage sur la place du Capitole, dans un camp de fortune constitué de tentes et d’échafaudages.

Le rassemblement d’une trentaine de personnes a été dispersé le matin par la police et le camp démonté par la mairie, selon la même source.

La veille au soir, des jets de projectiles ont eu lieu contre les forces de l’ordre, qui ont répondu par des moyens lacrymogènes, des grenades à main et un tir de cougar, selon la préfecture. Un gendarme mobile a été blessé au bras par un éclat de verre, lors de l’intervention dans le McDonald’s du Capitole, que les manifestants ont occupé brièvement, et dont le mobilier a subi des dégradations, selon la préfecture et la police.

Sur les murs et les tables du McDonald’s, les militants avaient inscrit des tags tels que “préavis de crever”, “rêve général”, “gréver c’est rêver grave” ou encore “je rêvais d’un retrait du travail”, selon la même source.

Une centaine de manifestants s’est ensuite déplacée vers 23H00 devant l’hôtel de police, où un des leurs était en garde à vue, scandant: “libérez Nicolas!”. Celui-ci a été remis en liberté deux heures plus tard et sera convoqué ultérieurement dans le cadre d’une enquête préliminaire de la sûreté départementale, a précisé cette source policière.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.