mercredi 28 octobre 2020
Accueil / L'actualité Guyane / Guyane : un gradé de la gendarmerie mis en examen pour “complicité d’orpaillage illicite”

Guyane : un gradé de la gendarmerie mis en examen pour “complicité d’orpaillage illicite”

Le commandant de la brigade de gendarmerie de Régina, haut lieu de l’orpaillage illégal en Guyane à 120 km au sud de Cayenne, a été mis en examen dimanche, notamment pour “corruption passive, complicité d’orpaillage illicite”, a déclaré mercredi à l’AFP le procureur de Cayenne.

Le major Patrick Melara, 52 ans, a été placé en détention provisoire dimanche en fin de journée à la prison de Rémire-Montjoly (10 km de Cayenne).

Il est accusé “d’avoir monnayé le passage de pirogues de nourriture, de marchandises et d’orpailleurs clandestins à destination de sites aurifères illégaux”, a expliqué le procureur Ivan Auriel à l’AFP. Parmi les chefs de mise en examen figure aussi “l’aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière en bande organisée”.

Ce dernier “nie en bloc les accusations dont il fait l’objet”, a affirmé à l’AFP Me Jérôme Gay, son avocat. Le gendarme admet “avoir laissé passé des pirogues d’un agent de renseignement exceptionnel, ce qui a permis d’en arrêter beaucoup d’autres. Sa hiérarchie était au courant”, a poursuivi l’avocat.

Selon le procureur, la hiérarchie du gendarme interrogée “a nié” être informée de ces pratiques.

De source judiciaire, le ressortissant brésilien en question a, lors de sa garde à vue, “nié être un agent de renseignement et a affirmé, en revanche, avoir versé de l’argent au major pour qu’il laisse passer des pirogues vers les sites d’orpaillage illégaux”.

“Un agent de renseignement n’avouera jamais en être un mais les interceptions de pirogues d’orpailleurs en Guyane sont le fruit de ce travail de renseignement”, a fait valoir Me Gay.

Le Brésilien a aussi été placé en détention. Deux juges d’instruction ont été saisis sur cette affaire par le parquet de Cayenne.

L’avocat du major Melara a indiqué avoir mis en oeuvre “un référé-liberté” et indiqué que son client, “écoeuré”, a “demandé sa mise à la retraite d’office lundi”.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.