jeudi 1 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Guyane : une enquête ouverte après une rixe entre gendarmes et jeunes
Une rixe à Cayenne entre des gendarmes mobiles hors service et des jeunes Guyanais d'une vingtaine d'années, dont deux ont eu la mâchoire fracturée, a donné lieu à des plainte des deux parties et à l'ouverture d'une enquête.

Guyane : une enquête ouverte après une rixe entre gendarmes et jeunes

Cette bagarre s’est déroulée le 31 janvier devant un bar où 7 à 8 jeunes fêtaient l’anniversaire de l’un d’entre eux et où des gendarmes fêtaient en civil leur fin de séjour en Guyane. Trois de ces jeunes se sont battus contre “9 gendarmes mobiles” selon le procureur de la République Ivan Auriel, une “quinzaine” selon plusieurs des jeunes impliqués, d’après des témoignages recueillis par le site d’information Guyaweb.

Gendarmes et jeunes ont porté plainte

Ces trois jeunes, âgés de 21 et 22 ans, dont des jumeaux, ont été blessés et se sont vu prescrire respectivement 40, 30 et 6 jours d’ITT. Les jumeaux ont eu, entre autres, la mâchoire fracturée. Pour l’un d’eux, une opération a été nécessaire pour une “triple fracture” et le jeune homme était toujours hospitalisé à Cayenne. Ces trois jeunes ont porté plainte.

Dans le camp adverse, trois gendarmes ont également porté plainte. Aucune ITT ne leur a été délivrée “pour le moment”, a dit le procureur. Ivan Auriel a ouvert une enquête pour “violences en réunion avec ITT supérieure ou inférieure à 8 jours” et précisé que les personnes impliquées, tant les jeunes que les gendarmes, encourent “des poursuites”.

Les gendarmes se sont expliqués au commissariat

“D’après l’enquête, il apparaît très clairement que ce sont les gamins qui ont agressé les gendarmes et nous allons en tirer les conséquences”, a aussi dit le magistrat. Les gendarmes mobiles concernés avaient pu reprendre l’avion pour l’Hexagone comme initialement prévu une quinzaine d’heures après les faits sans être placés en garde à vue.

“Les gendarmes se sont présentés spontanément au commissariat le lendemain. Ils se sont largement expliqués. Donc, il n’y avait pas lieu de les garder à demeure à Cayenne alors qu’ils repartaient en avion”, a fait valoir le procureur.

Selon lui, ils ont reconnu avoir “porté des coups de poing” mais réfutent avoir “donné des coups de pied” au jeune homme le plus sérieusement blessé, contrairement aux dires de plusieurs de ses proches. D’après le rapport du médecin légiste “rien ne laisse penser qu’un jeune aurait été roué de coups au sol”, a ajouté le procureur.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *