dimanche 25 octobre 2020
Accueil / L'actualité Guadeloupe / Guadeloupe : trois gendarmes blessés par des tirs lors d’un guet-apens
Au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier en Dordogne. Photo d'illustration M.G/L'Essor).
Au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier en Dordogne. Photo d'illustration M.G/L'Essor).

Guadeloupe : trois gendarmes blessés par des tirs lors d’un guet-apens

Trois gendarmes ont été blessés, dont l’un sérieusement, mercredi soir, dans ce qui semble être un “guet-apens” lors d’une intervention à Sainte-Rose, a-t-on appris jeudi auprès du procureur de la République de Pointe-à-Pitre, Guy Etienne.

Le magistrat a précisé qu’il retenait “l’hypothèse du guet-apens” et qu’il avait confié l’enquête “pour tentative d’assassinat” à la section de recherche de la Gendarmerie: les gendarmes s’étaient déplacés à deux reprises dans le quartier de Viard, à la suite d’appels téléphoniques signalant des coups de feu.

Le procureur s’était rendu sur place, ainsi que la préfète de la Guadeloupe Marcelle Pierrot, juste après les faits, tandis que le quartier était investi par une soixantaine de gendarmes et survolé par un hélicoptère.

Une patrouille de gendarmes caillassée

Une patrouille de gendarmes de la brigade territoriale de Sainte-Rose, qui s’était rendue à Viard mercredi en début de soirée après un appel signalant des coups de feu, avait été caillassée à son arrivée et avait du se replier. Les deux gendarmes, renforcés par un gendarme mobile, s’étaient de nouveau rendus sur les lieux après un nouvel appel faisant état de nouveaux coups de feu et surtout d’une victime.

Selon le procureur, “l’éclairage public avait été coupé lors de cette intervention” au cours de laquelle les gendarmes ont été la cible, alors qu’ils se déployaient, d’ “au moins un coup de feu” tiré par une arme de chasse. Les trois gendarmes ont été atteint aux jambes, et l’un d’eux a été plus sérieusement touché au bas du dos, a précisé le procureur.

42 meurtres enregistrés depuis le début de l’année

La préfète Marcelle Pierrot a regretté, sur la Radio Caraïbes Internationale “un nouveau palier sur l’échelle de la violence en Guadeloupe”, où 42 meurtres ont été enregistrés depuis le début de l’année tandis que le nombre de hold-up, pour des butins parfois ridicules, a connu une forte augmentation par rapport aux années précédentes. “J’ai la volonté de faire en sorte que les tendances s’inversent”, a t-elle  martelé, appelant “la population à faire confiance à sa Police et à sa Gendarmerie et à nous aider: ce n’est pas qu’une affaire policière!”.

Elle a regretté à ce sujet que “tous les tenants de solidarité qui existaient ont été cassés”. “On a besoin de raffermir tous les volets éducatif et de parentalité qui commencent à nous faire défaut”, a insisté Marcelle Pierrot, elle-même originaire de la Guadeloupe.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.